Divers
Mélenchon présente son « plan mer » à Lorient

Actualité

Mélenchon présente son « plan mer » à Lorient

Divers

Après Toulon, en janvier, c'est à Lorient que Jean-Luc Mélenchon a choisi d'organiser un nouveau « Forum de la mer », le samedi 17 janvier. Le rendez-vous avait une résonance particulière dans un port où les différentes filières, de la pêche à la construction navale, sont aux prises avec des difficultés économiques.

La mer est l'avenir de l'homme... de la France en tout cas. C'est le credo du fondateur du Parti de gauche, qui a élaboré un « plan mer », épine dorsale de son ambition gouvernementale. « J'espère que par jalousie les autres politiques vont s'y intéresser », a lancé Jean-Luc Mélenchon, hier, à Lorient. « Si je politise ce champ de réflexion, tout le monde va se l'approprier ».

La mer, « c'est un trésor, une opportunité fantastique pour notre peuple dans le siècle qui commence. La mer a un goût de futur pour les Français », clame l'eurodéputé. Fustigeant tout à la fois « la politique de l'offre de François Hollande » et le « dogme de la concurrence libre et non faussée de l'Europe libérale », Jean-Luc Mélenchon accuse les politiques « d'organiser les conditions de la disparition de la pêche artisanale ». 

 

« Engrenage vertueux »

 

Lui voit dans l'économie de la mer, « domaine concret de l'écosocialisme, qui peut permettre de reconsidérer ce que l'on fait à terre », « le point de départ d'un engrenage vertueux ».

Avec son « plan mer », Jean-Luc Mélenchon est certain de « doubler le nombre d'emplois dans l'économie maritime en moins de dix ans. « La mer est un domaine d'intérêt général. C'est de la reconstruction du pays et de l'horizon du peuple français qu'il est question », conclut l'eurodéputé qui en appelle « à faire autrement que la politique actuellement menée ».

Plus de 200 personnes ont assisté aux différentes tables rondes proposées dans le cadre du Forum de la mer organisé, samedi, à Lorient. La pêche et l'aquaculture, la construction navale et les énergies renouvelables étaient au programme de cette journée, conclue par le député européen. Des tables rondes qui réunissaient syndicalistes, professionnels, parlementaires, organismes de formation. Car ce « plan mer » se veut « contributif » et « évolutif » au gré des échanges et des débats.



Un article de la rédaction du Télégramme

Divers