Vie Portuaire
Menaces sur la desserte ferroviaire du port de Cherbourg

Actualité

Menaces sur la desserte ferroviaire du port de Cherbourg

Vie Portuaire

Quelque soit leur sensibilité politique, les élus de la région de Cherbourg montent au créneau pour sauver la desserte ferroviaire du port. La SNCF envisage, en effet, de fermer la gare de fret fin novembre, dans le cadre de son plan de restructuration du transport de marchandises. Cette décision intervient au moment où le gouvernement souhaite développer, en coopération avec l'Europe, une ambitieuse politique de transports alternatifs pour désengorger les axes routiers, notamment via la mer. Alors que les collectivités locales et la chambre de commerce souhaitent développer le transport maritime, Cherbourg s'inscrivant notamment dans les projets d'autoroute de la mer, « il apparaît pour le moins curieux, voire contradictoire de s'en remettre une fois de plus à la route pour la gestion de nos trafics », explique dans un communiqué commun le député maire de Cherbourg, Bernard Cazeneuve, le président de la région Basse-Normandie Philippe Duron et le sénateur et président du conseil général de la Manche, Jean-François Le Grand. Ce dernier, qui défend notamment la création d'un hub maritime à Cherbourg, a sollicité une entrevue auprès de la présidente de la SNCF, Anne-Marie Idrac.
En 2006, le port de Cherbourg a traité 2.9 millions de tonnes de marchandises, dont 15.000 tonnes d'éoliennes, et plus de 777.000 passagers.