Marine Marchande
Mise à l'eau du Global Mercy, plus grand navire-hôpital au monde

Actualité

Mise à l'eau du Global Mercy, plus grand navire-hôpital au monde

Marine Marchande

Le chantier Tianjin Xingang va mettre à l'eau le Global Mercy, nouveau navire de l'ONG américaine Mercy Ships, qui met en oeuvre des navires-hôpitaux au profit de personnes privées d’accès aux soins, notamment en Afrique . Ce nouveau bateau sera livré fin 2021 et sera le premier de l'histoire de Mercy Ships à être spécifiquement conçu er réalisé pour cette mission. Actuellement, l'ONG exploite l'Africa Mercy, ancien ferry de 152 mètres converti en navire-hôpital en 2000. L'arrivée du Global Mercy, fin 2021, va permettre de doubler la capacité d'action de Mercy Ships.

 

(© MERCY SHIPS)

(© MERCY SHIPS)

(© MERCY SHIPS)

(© MERCY SHIPS)

(© MERCY SHIPS)

(© MERCY SHIPS)

 

Le nouveau bateau de 37.000 GT de jauge mesure 174 mètres de long pour 28.6 mètres de large. Il a été dessiné par le bureau d'études finlandais Deltamarine. Propulsé par quatre moteurs Wärtsilä 6L32 alimetant deux azipods ABB, il sera capable d’atteindre la vitesse de 12 nœuds. Le Global Mercy pourra accueillir 500 personnes en mer et jusqu’à 950 lors de ses escales. Il disposera de six blocs opératoires, les installations hospitalières de 7000 m2 étant concentrées sur deux ponts. Les équipes médicales pourront totaliser jusqu'à 600 personnes. 

 

(© MERCY SHIPS)

(© MERCY SHIPS)

 

Du côté des soins, le Global Mercy pourra accueillir 199 patients avec des lits dédiés aux soins aigus, aux soins intensifs, à l'isolement ou encore aux convalescents. On pourra y pratiquer tous les soins ambulatoires, les radios et scanners ou encore des soins de rééducation. Il y aura également un espace de formation avec un laboratoire simulant les conditions locales, permettant aux soignants de se préparer en amont des escales. La construction du navire, entamée il y a plusieurs années, est suivie par Stena Technik, une filiale de l'armement suédois Stena Bulk.

Une association fondée il y a 42 ans

C’est en 1978 que Don et Deyon Stephens, qui vivaient alors en Suisse, ont fondé Mercy Ships. Objectif : apporter des soins médicaux aux populations les plus démunies en utilisant un bateau capable, grâce à sa mobilité, de déplacer une infrastructure hospitalière partout dans le monde, au plus près des besoins. Les Stephens achètent leur premier navire, l’ancien paquebot Victoria, transformé en hôpital flottant après quatre ans d’efforts. Doté de trois salles d’opération et 40 lits d’hospitalisation, il est rebaptisé Anastasis et débute sa carrière humanitaire en 1982.

 

L'Anastasis (© MERCY SHIPS)

L'Anastasis (© MERCY SHIPS)

 

Armé par 350 bénévoles venant du monde entier, dont le couple Stephens et leurs quatre enfants, qui passeront 10 ans à bord, le bateau hôpital a rendu d’immenses services à travers le globe. Il a, ainsi, réalisé jusqu’en 2007 quelques 66 missions dans 23 pays (Guatemala, Nouvelle Zélande, Fiji, Tonga, Samoa, Mexique, Jamaïque, République Dominicaine, Pologne, Togo, Ghana, Estonie, Côte d’Ivoire, Guinée, Sierra Leone, Lituanie, Sénégal, Lettonie, Afrique du Sud, Madagascar, Bénin, Gambie et Liberia). Durant sa carrière au sein de Mercy Ships, l’Anastasis a permis de fournir des prestations à plus d’1.5 million de bénéficiaires, avec notamment 18.800 opérations chirurgicales, telles que des traitements de fentes labiales et/ou palatines, de cataractes, de strabisme, orthopédiques et de reconstruction faciale. Les soins, y compris dentaires, ont été prodigués à bord, mais aussi à terre, notamment dans des cliniques de villages. Les bénévoles de l’Anastasis, qui furent pas moins de 25.000 en 29 ans, ont également apporté un enseignement à plus de 59.700 personnes sur des questions d’hygiène et de santé. Et l’action de Mercy Ships ne s’est pas limitée au médical (qui comprend aussi la livraison de matériel et de médicaments pour les hôpitaux et dispensaires locaux) puisque l’association a, en parallèle, mis en place des actions de développement permettant d’améliorer le quotidien des populations. Ainsi, 540 projets ont été accomplis sur la période dans les domaines de la construction et de l’agriculture : construction d’écoles, de cliniques, d’orphelinats et de puits.

Jusqu’à trois navires

Dès 1983, l’ONG a repris un ancien ferry côtier de Terre-Neuve, La Petite Forte. Devenu Good Samaritan, il a servi durant 11 ans aux Caraïbes, en Amérique centrale et en Amérique du sud. Puis ce navire a été affecté au Pacifique sud en 1994, année où il a été rebaptisé Island Mercy. Le bateau, qui a connu d’importantes rénovations, dont la construction de salles d’opération à bord, a été vendu en 2001 à une institution philippine. L’Island Mercy offrait des soins ophtalmiques et dentaires et transportait une cargaison et un équipage permanent de 60 personnes. Son faible tirant d’eau lui permettait d’accéder là où des bateaux plus grands de la flotte ne pouvaient pas. 113.000 personnes ont bénéficié des prestations offertes par l’Island Mercy, qui a fréquenté en 19 ans pas moins de 109 ports dans 24 pays en voie de développement.

L’association a, ensuite, exploité un troisième navire, le Caribbean Mercy, qui a œuvré entre 1994 et 2006. L’ex-Polarys, un ancien ferry norvégien, offrait une unité chirurgicale ophtalmique, une capacité fret de 688 m3 et des salles de conférence et de séminaire. Il a visité 137 ports et effectué 56 missions médicales dans 13 pays (République Dominicaine, Haïti, Nicaragua, Guatemala, El Salvador, Russie, Corée, Chine, Philippines, Colombie, Puerto Rico, Honduras et Belize). En 12 ans, le Caribbean Mercy et son équipage ont apporté leur aide à près de 350.000 personnes, réalisant notamment plus de 7000 opérations chirurgicales.

 

(© MERCY SHIPS)

(© MERCY SHIPS)

 

L’Africa Mercy œuvre sur le continent africain depuis 2007

Alors que ces trois premiers navires ont aujourd’hui quitté Mercy Ships, l’ONG concentre son action, depuis 2007, sur l’Africa Mercy. Racheté en 1999 grâce à un don de la fondation Balcraig, cet ancien ferry danois (ex-Dronning Ingrid), mis en service en 1980, a été transformé en navire hôpital à l’issue d’un chantier ayant nécessité un investissement de plus de 60 millions de dollars, financé notamment par la fondation Oak, le soutien régulier de la Fondation Balcraig, divers dons de matériels et d’équipements, la générosité d’entreprises et d’autres fondations et par des contributions individuelles. Les travaux de transformation ont été achevées en mars 2007 par le chantier britannique A & P de Newcastle. Long de 152 mètres pour une largeur de 23.7 mètres, l’Africa Mercy compte six salles d’opération (prévues pour effectuer 7000 interventions par an), une salle de réveil, une unité de soins intensifs et plusieurs salles d’hospitalisation totalisant 78 lits. L’hôpital occupe aujourd’hui l’essentiel de l’ancien garage, sur une surface de 1200 m². Il comporte un scanner CT, un service de radiologie, un laboratoire et un microscope numérique qui permet de réaliser via Internet des diagnostics, qui sont transmis par un système de communication par satellite. Depuis 2007, le navire est exploité en Afrique.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.