Défense
Merré va construire les nouvelles vedettes de soutien à la plongée de la marine

Actualité

Merré va construire les nouvelles vedettes de soutien à la plongée de la marine

Défense

Nouveau succès du groupe BMA et de son chantier Merré de Nort-sur-Erdre au profit de la Marine nationale. Le constructeur ligérien sort vainqueur de l’appel d’offres pour la réalisation de huit nouvelles vedettes de soutien à la plongée. Ces unités, dont la première sortira en 2021, vont remplacer les neuf actuelles VSP (Dionée, Myosotis, Gardénia, Liseron, Genêt, Magnolia, Ajonc, Giroflée et Acanthe), unités de 21.7 mètres en composite mises en service entre 1990 et 1996. Elles sont affectées aux trois groupes de plongeurs démineurs (GPD) de la Marine nationale (Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord) stationnés à Toulon, Brest et Cherbourg, ainsi qu’à l’Ecole de plongée de Saint-Mandrier.

 

La vedette Genêt employée par le GPD Atlantique (© MICHEL FLOCH)

La vedette Genêt employée par le GPD Atlantique (© MICHEL FLOCH)

Le Myosotis affecté à l'Ecole de plongée de Saint-Mandrier (© BERNARD PREZELIN)

Le Myosotis affecté à l'Ecole de plongée de Saint-Mandrier (© BERNARD PREZELIN)

 

Réalisées en aluminium, matériau amagnétique choisi du fait que ces bateaux seront amenés à évoluer à proximité de mines, les nouvelles VSP seront plus grandes que leurs aînées. Elles mesureront 26.5 mètres de long pour une largeur de 7 mètres, avec un tirant d’eau de 1.7 mètre et un déplacement de 87 tonnes. Elles seront propulsées par deux lignes d’arbre entrainées par des moteurs diesels pour atteindre une vitesse maximale de 13 nœuds lors des phases de transit, avec une distance franchissable de 250 nautiques. Pour les opérations, une motorisation électrique alimentée par des groupes électrogènes permettra une navigation prolongée et discrète à très faible vitesse. Un élément crucial de ce projet puisque les VSP sont prévues pour naviguer 75% du temps entre 1 et 2 nœuds. Un propulseur d'étrave facilitera les manoeuvres. 

 

Vue des futures VSP (© MERRE)

Vue des futures VSP (© MERRE)

 

Ces bateaux seront armés par six marins et dotés de tous les équipements nécessaires aux plongeurs, dont un caisson hyperbare et une potence pour scaphandrier d'une capacité de 200 kg. Ils disposeront d'un système de mise à l'eau d'embarcation pneumatique, de sonar ou drone.

Deux vedettes sont destinées à l’Ecole de Saint-Mandrier pour la formation des plongeurs de la marine (qui compte 1600 personnels brevetés). Leurs emménagements intérieurs seront adaptés pour cette fonction et, notamment, l’accueil de groupes de stagiaires, avec une capacité à embarquer jusqu’à 30 personnes. Les six autres serviront de support aux opérations côtières des plongeurs-démineurs, avec dans ce cas jusqu’à une quinzaine de plongeurs à bord.

Après la notification du contrat par la Direction Générale de l’Armement, Merré compte lancer la construction de la tête de série au second semestre 2020, en vue de débuter ses essais en mer un an plus tard pour une livraison début 2022. A l’issue d’une phase probatoire de trois mois au cours de laquelle la première VSP sera exploitée par le GPD de la Méditerranée, le constructeur engagera la production en série des sept autres vedettes. Elles doivent être livrées dans un délai de 3 ans, c’est-à-dire entre 2023 et 2025. Outre le chantier Merré de Nort-sur-Erdre, ce programme impliquera d’autres sites du groupe BMA, dont CIB à Brest.

Ce contrat vient compléter le programme des 29 remorqueurs-pousseurs du type RP 10 décroché par BMA avec le constructeur cherbourgeois CMN en décembre 2016. Après une première commande ferme de huit unités, les deux industriels vont attaquer la première tranche optionnelle de sept RP 10 livrables en 2020.

 

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française