Formation et Emploi
Métier : Guillemette Rose, de la réserve à la frégate anti-sous-marine

Actualité

Métier : Guillemette Rose, de la réserve à la frégate anti-sous-marine

Formation et Emploi

Mer et Marine vous propose un nouveau rendez-vous dédié aux métiers de la mer. Transport maritime, construction navale, offshore, plaisance, Marine nationale... Le secteur offre actuellement des milliers d'emplois mais les jeunes hésitent à embrasser ce milieu, mal connu. C'est pourquoi nous avons décidé de faire partager, chaque semaine, l'expérience d'un homme ou d'une femme qui a choisi de travailler dans ce domaine. Pour lancer cette nouvelle rubrique, nous avons rencontré une jeune aspirante, actuellement embarquée sur une frégate de la marine.
Après une maîtrise de philosophie à la Sorbonne et un master de ressources humaines, Guillemette Rose avait envie de prendre l'air. Travaillant alors pour un grand groupe agroalimentaire, la jeune femme intègre la réserve en 2005. « Ce fut une superbe expérience. D'abord à Euronaval, où j'accompagnais une délégation canadienne venue signer des contrats d'armement et pour laquelle je faisais le lien avec les entreprises. Ensuite, j'ai été chargé d'accompagner les militaires lettons qui ont défilé au 14 juillet. A chaque fois, je suis tombée sur des gens extras et ce qui m'a plu, c'est la capacité que la marine à laisser ses personnels prendre des initiatives ». Convaincue par cette première expérience, Guillemette Rose décide de s'engager.

 (© : FASM Latouche-Tréville - CELLULE MEDIA)
(© : FASM Latouche-Tréville - CELLULE MEDIA)

A 25 ans, elle rejoint l'Ecole des Commissaires de Lanvéoc et devient aspirant sur un contrat d'un an, renouvelable quatre fois, avec possibilité de signer un contrat plus long. Depuis l'été 2007, l'aspirant Rose a découvert la vie embarquée sur la frégate Latouche-Tréville, basée à Brest. Elle y est, aujourd'hui, officier en charge des relations publiques et intervient, notamment, au cours des escales où le navire accueille des personnalités et son équipage participe à diverses cérémonies. Ce fut notamment le cas la semaine dernière, à Londres, en marge du sommet franco-britannique.
Plus de six mois après son premier embarquement, Guillemette Rose est ravie. « C'est vrai que c'est un univers confiné mais, justement, chacun fait attention à l'autre. L'esprit est très familial, il y a beaucoup d'entraide et de solidarité. L'expérience est très enrichissante et, ce qui me plait, c'est que la marine donne des responsabilités à des jeunes, ce qu'on n'aurait pas forcément ailleurs ».
___________________________________________________

- En savoir plus sur les métiers de la marine

Formation