Construction Navale
Meyer Werft confie la propriété de ses chantiers à des fondations

Actualité

Meyer Werft confie la propriété de ses chantiers à des fondations

Construction Navale

La famille Meyer, propriétaire des chantiers allemands éponymes à Papenburg, de Neptun Werft à Warnemünde et du site finlandais de Turku, a décidé de confier l’actionnariat de l’entreprise et de ses filiales à deux fondations, basées en Allemagne et en Finlande. La création de ces structures, sous contrôle de la famille, vise à sécuriser le groupe contre toute convoitise externe. « Les fondations familiales sont pour nous le cadre idéal afin de maintenir un propriétaire unique et stable pour les chantiers navals de Turku, Papenburg et Warnemünde. Nous voulons ainsi sécuriser les clés de notre succès à long terme et maintenir le caractère familial de l’entreprise », souligne le patron de Meyer Werft.  

 

Le chantier de Turku, en Finlande (© : MEYER TURKU)

Le chantier de Turku, en Finlande (© : MEYER TURKU)

 

Bernard Meyer, qui vient de fêter ses 68 ans, est depuis 1982 à la tête du groupe, fondé en 1795. Sa succession se prépare avec la génération suivante, qui sera la septième à la barre du constructeur depuis sa création il y a 221 ans : Jan Meyer, âgé de 39 ans, a rejoint l’entreprise en 2008 et occupe le poste de directeur général de Turku depuis la reprise du chantier finlandais en 2014. Tim Meyer (34 ans) vient de faire son arrivée, le 1er juin, dans l’équipe de direction de Papenburg, alors que Paul Meyer (33 ans) prend la tête des services informatiques de l’ensemble du groupe.  

 

Bernard Meyer, Jan Meyer et Tim Meyer (© : MEYER WERFT)

Bernard Meyer, Jan Meyer et Tim Meyer (© : MEYER WERFT)

 

Même si le contexte actuel est favorable, avec un niveau de commandes record dans la croisière, Meyer Werft, comme ses homologues européens, devra sans nul doute, à l’avenir, continuer de faire face à une concurrence très vive. Ces dernières décennies, Bernard Meyer a su résister à l’émergence des chantiers situés dans les pays à bas coûts en orientant très tôt la production vers des projets à forte valeur ajoutée. Ces 10 dernières années, Papenburg a, ainsi, travaillé sur des navires gaziers innovants, ou encore des bateaux scientifiques. Cependant, le constructeur allemand s’est surtout orienté vers les navires à passagers. Il dispose de belles références dans le domaine des ferries, avec par exemple le Mont St Michel et le Pont Aven, livrés en 2003 et 2004 à Brittany Ferries, mais s’est surtout imposé dans la croisière. Meyer Werft est devenu l’un des leaders du marché, en réussissant le tour de force de travailler simultanément pour les trois majors américaines : Carnival Corporation, Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL) et Norwegian Cruise Line (NCL). Son secret tient en quatre points : des innovations constantes, une construction de grande qualité à un coût compétitif,  de fortes relations de confiance avec les clients et une paix sociale garantissant la réalisation des projets dans les meilleures conditions.

Le carnet de commandes de Papenburg compte actuellement 12 paquebots livrables d’ici 2023, alors que Turku doit en achever 6 d’ici 2020, ainsi qu’un ferry doté d’une propulsion au GNL. S’y ajoutent d’autres types de navires, en particulier les bateaux de croisière fluviaux construits par Neptun Werft. 

 

Le chantier de Warnemünde (© : MEYER WERFT)

Le chantier de Warnemünde (© : MEYER WERFT)

 
Meyer Werft | Toute l'actualité du groupe allemand de construction navale