Construction Navale
Meyer Werft rafle de nouvelles commandes de paquebots

Actualité

Meyer Werft rafle de nouvelles commandes de paquebots

Construction Navale

L'allemand Meyer Werft continue de remplir son carnet de commandes. L'américain Celebrity Cruises (groupe RCI) vient de signer une lettre d'intention pour un paquebot de 117 000 tonnes assorti d'une option. Le navire est livrable en 2008 et sera le plus gros jamais construit à Papenburg. D'une longueur de 315 mètres pour une largeur de 36,80 mètres, il disposera de 1425 cabines pour une capacité de 2850 passagers. Propulsé par Pods, la puissance des machines sera de 67 kW. Ce projet, connu sous le nom de "Challenger", avait été présenté aux Chantiers de l'Atlantique il y a un an, même si les relations avec Celebrity étaient loin d'être au beau fixe en raison des problèmes de Pods rencontrés sur les paquebots de classe Millennium. La maison mère, RCCL, a d'ailleurs attaqué Alstom en justice et lui réclame 300 millions d'euros de dommages et intérêts. Il n'empêche, d'âpres négociations menées avec le soutien de Bercy laissaient planer un espoir. Le départ de l'ancien ministre de l'économie, quelques mois plus tard, ne semble pas avoir facilité l'opération, qui se solde donc par un échec pour Saint-Nazaire.

Meyer Werft, nouvelle menace pour Astom?

Alors que les compagnies Carnival et Costa sont pour l'heure fidèles à l'italien Fincantieri et qu'RCCL fait désormais construire ses paquebots en Finlande et en Allemagne, MSC constitue, pour l'heure, le seul client de Saint-Nazaire. Alors que la construction du MSC Musica est bien avancée, les Chantiers de l'Atlantique lorgnent sur le groupe singapourien Star Cruises, dont NCL (Norwegian Cruise Lines) est la principale filiale. La compagnie souhaite faire construire un paquebot "innovant" de 100.000 tonnes. Alstom Marine, Masa Yards et Meyer Werft sont en lice mais ce dernier semble disposer d'un léger avantage. NCL a en effet l'habitude de travailler avec Papenburg où a été commandé en mai un paquebot de 93.000 tonnes et 2400 passagers et puis, une petite affaire n'a sans doute pas arrangé le chantier français pour promouvoir son savoir faire. Deux mois plus tôt, en pleine affaire de la reprise du Norway (ex-France), le patron de la compagnie était venu en visite à Saint-Nazaire. Les efforts des commerciaux français avaient été quelque peu ruinés par une action musclée de la CGT. Hasard du calendrier, le syndicat, manifestant pour l'emploi, avait bloqué l'entrée principale en installant des braseros sur la chaussée, contraignant la voiture du client potentiel à rebrousser chemin. Rappelons qu'à Singapour, jeter son mégot de cigarette dans la rue est passible de 1500 dollars d'amende... Craignant une intervention des syndicalistes, la direction avait ensuite annulé la visite de la forme de construction. Bref, une journée désastreuse en terme d'image, d'autant que le Lendemain, le président de la compagnie était en Allemagne où le patron du tout puissant syndicat Igmetal et le directeur de Meyer Werft l'accueillaient, main dans la main.
Même si les négociations se poursuivent, le chantier allemand a sans conteste le vent en poupe, d'autant que le leader mondial de la construction de paquebots, l'italien Fincantieri, ne peut plus livrer de navires avant 2008-2009, faute de place dans ses cales.
A noter que le nouveau fleuron de la NCL, le Norwegian Jewel (dont le paquebot commandé en mai sera une réplique), quittera l'Allemagne ce weekend. Construit à Papenbourg, il avait gagné les chantiers Blohm & Voss de Hambourg lundi pour d'ultimes réglages avant sa livraison.

Meyer Werft | Toute l'actualité du groupe allemand de construction navale