Construction Navale
Meyer Werft réactive sa première cale de construction

Actualité

Meyer Werft réactive sa première cale de construction

Construction Navale

Pour faire face à l’afflux de commandes dans le secteur de la croisière, le chantier Meyer Werft de Papenburg va, en plus de sa forme de construction principale, réutiliser sa cale historique pour assembler des paquebots. De cette manière, le constructeur allemand pourra livrer trois navires en 2019, contre deux initialement prévus.

 

 

Le déclencheur : la commande de Saga Cruises

Cette augmentation des capacités de production découle de la commande annoncée le 30 septembre par Saga Cruises. La compagnie britannique a, en effet, confié à Meyer Werft la réalisation de son tout premier paquebot neuf, un bateau de 234 mètres de long, 30.8 mètres de large et 55.900 GT de jauge. Livrable à l’été 2019, ce navire doit être suivi par un sistership en 2021.

 

Le Norwegian Escape dans le Dock II cet été (© : MEYER WERFT)

Le Norwegian Escape dans le Dock II cet été (© : MEYER WERFT)

 

9 paquebots géants à construire dans le Dock II d'ici 2020

L’assemblage de ces nouveaux paquebots ne pouvait être mené à bien dans le Dock II, l’énorme forme de construction couverte inaugurée en 2001 et agrandie en 2009 pour atteindre une longueur de 504 mètres, une largeur de 125 mètres (dont 50 de cale sèche) et une hauteur de 75 mètres. Le Dock II, qui n’est autre que le second plus grand hall d’assemblage du monde après celui de l’ancienne navette spatiale américaine à Cap Canaveral, est désormais saturé par la construction de grands paquebots, Meyer Werft devant livrer 9 géants de 150.000 à 183.000 GT de jauge d’ici 2020.

 

L'AIDAstella dans le Dock I en 2013 (© : MEYER WERFT)

L'AIDAstella dans le Dock I en 2013 (© : MEYER WERFT)

 

Un premier hall dédié à la fabrication de blocs et petits navires

D’où la nécessité, pour honorer de nouvelles commandes, de réactiver le dock I. Mise en service en 1987, la première forme couverte de Meyer Werft mesurait initialement 370 mètres de long pour une largeur de 101 mètres et une hauteur de 60 mètres. Elle avait été allongée de 100 mètres dès le début des années 90 afin de répondre à l’augmentation de la taille des navires de croisière. Alors que le Dock II, plus long, plus large et surtout plus haut, s’est concentré sur la construction de très gros paquebots, notamment ceux des armateurs américains NCL et RCCL, le Dock I a continué jusque récemment d’assembler des unités de plus petite taille. L’AIDAstella, un paquebot de 253 mètres et 73.300 GT, livré en avril 2013, y a notamment vu le jour, de même que le navire océanographique allemand Sonne, achevé en novembre 2014.

 

Le Sonne dans le Dock I (© : MEYER WERFT)

Le Sonne dans le Dock I (© : MEYER WERFT)

Le Dock I (© : MEYER WERFT)

Le Dock I (© : MEYER WERFT)

 

L’an dernier, le Dock I a également produit les coques de cinq navires de croisière fluviaux commandés par Viking River Cruises, en parallèle de ceux réalisés à Rostock par Neptun Werft, filiale de Meyer Werft. Toutefois, depuis deux ans, l’activité de la première forme couverte de Papenburg était surtout dédiée à la construction de blocs destinés aux paquebots géants assemblés dans le Dock II.

 

Le Quantum of the Seas a été livré en 2014 (© : MEYER WERFT)

Le Quantum of the Seas a été livré en 2014 (© : MEYER WERFT)

 

Carnet de commandes impressionnant

Celui-ci achève actuellement l’assemblage de l’Ovation of the Seas (348 mètres, 168.000 GT), troisième unité de la classe Quantum livrable au printemps prochain à Royal Caribbean International (groupe RCCL), qui prendra livraison du quatrième navire de cette série en 2019. Alors que le Norwegian Escape de NCL (326 mètres, 164.600 GT) a été mis à l’eau cet été, la construction de son premier sistership a débuté le mois dernier en vue d’une livraison au printemps 2017. Deux autres paquebots de cette classe seront ensuite achevés en 2018 et 2019. Avant eux, le Dock II assemblera le Genting World (150.000 GT) livrable à Star Cruises en octobre 2016, son sistership devant entrer en service un an plus tard (octobre 2017). Et ce n'est pas fini puisque, fin 2018, Meyer Werft terminera le premier d’une série de deux paquebots (trois autres en option) pour AIDACruises. Ces mastodontes, qui seront les plus gros navires de croisière réalisés jusqu’ici en Allemagne, mesureront 337 mètres de long et afficheront une jauge de plus de 183.000 GT. Les capacités du Dock II seront avec eux poussées à leurs limites, d’où la nécessité de relancer l’assemblage au Dock I, d'où sortiront les navires de Saga Cruises.

Meyer Werft | Toute l'actualité du groupe allemand de construction navale