Nautisme
Michel Desjoyeaux remporte son second Vendée Globe

Actualité

Michel Desjoyeaux remporte son second Vendée Globe

Nautisme

Une arrivée triomphale pour Foncia. Le monocoque de Michel Desjoyeaux est rentré aux Sables d'Olonne hier, peu après 16 heures, après 84 jours, 3 heures, 9 minutes et 8 secondes de course. Le skipper a bouclé ce tour du monde de 24.840 milles à la vitesse moyenne de 12.3 noeuds. Après avoir remporté cette épreuve en 2001, il devient le premier à afficher deux Vendée Globe à son palmarès. Cerise sur le gâteau, il améliore de 3 jours 7 heures et 39 minutes le temps de référence établi en 2004-2005 ! Magique, comme à chaque fois, l'arrivée du vainqueur s'est faite face à une brise de 25 noeuds et sous un ciel ensoleillé, devant une foule compacte tant sur l'eau que le long des digues du chenal d'entrée. « C'est incroyable avec ce rayon de soleil : j'ai beau l'avoir vécu il y a huit ans... Je profite de l'instant : je réfléchirais après... Je ne me suis jamais posé la question de mon retard. J'ai remporté ce Vendée Globe avant le départ, dans les choix, dans l'équipe, dans l'expérience accumulée... C'est plein de choses, et seulement 20% de course où il a fallu mettre du charbon, mais je ne me suis jamais fait mal. J'étais à l'aise dans ce que je faisais. Même le 25 décembre après mes problèmes de safran : je ne me suis pas apitoyé sur mon sort... On sait que le Vendée Globe est dur et c'est un peu normal qu'on ne soit pas si nombreux à l'arrivée. Je n'ai pas réussi à dormir la nuit dernière... Le monde n'a pas rétréci, mais on peut faire moins de 80 jours pour faire le tour du monde puisqu'il était déjà possible de descendre la barre dès cette année s'il n'y avait pas eu autant de glaces ! », a déclaré Michel Desjoyeaux après avoir coupé la ligne.

 Foncia arrivant aux Sables d'Olonne (© : JACQUES VAPILLON / DPPI VENDEE GLOBE)
Foncia arrivant aux Sables d'Olonne (© : JACQUES VAPILLON / DPPI VENDEE GLOBE)

11 autres concurrents encore en mer

Alors que le double vainqueur du Vendée Globe savoure sa victoire, 11 autres solitaires sont encore en mer. Roland Jourdain est toujours en difficulté malgré ses ballasts qui lui permettent de progresser lentement, vers les Açores, vers l'île de Sao Miguel... A moins de huit noeuds, le skipper de Veolia Environnement a indiqué hier qu'il attendrait ce lundi avant de prendre la décision de s'arrêter ou de continuer sans quille vers les Sables d'Olonne. Pour Armel Le Cléach (Brit Air), les hautes pressions sont derrière lui et il peut profiter d'un flux de secteur Ouest pour piquer directement vers l'arrivée : va-t-il pour autant s'adjuger la deuxième place ? Il concédait encore, dimanche soir, 260 milles à son prédécesseur et il lui restait une demie transat avant de s'amarrer aux Sables d'Olonne. Marc Guillemot était le plus rapide de toute la flotte dans des alizés de Nord-Est puissants qui lui permettent de réduire à cent milles son retard sur Samantha Davies (Roxy). Le skipper de Safran conserve virtuellement sa place grâce à son temps de redressement... Et si Brian Thompson (Bahrain Team Pindar) s'est définitivement sorti du Pot au Noir, ce n'est pas le cas pour Dee Caffari (Aviva) qui peine dans les airs instables et erratiques... Ce qui n'est pas encore le cas pour Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) qui pour l'instant ne semble pas ralentir à l'approche de cette Zone de Convergence Inter Tropicale qui reste assez Sud pour la saison. Enfin, rien à signaler pour le reste de la flotte qui s'étale du large du Brésil à l'approche du cap Horn : Raphaël Dinelli (Fondation Océan Vital) et Norbert Sedlacek (Nauticsport-Kapsch) s'apprêtent à sortir du Pacifique...
______________________________________________

- La course en direct sur le site du Vendée Globe