Divers
Migrants : Le navire de l'ONG Proactiva placé sous séquestre

Actualité

Migrants : Le navire de l'ONG Proactiva placé sous séquestre

Divers

L'Open Arms, navire de l'ONG espagnole Proactiva venant au secours des migrants naufragés en Méditerranée, a été placé sous séquestre dimanche dernier dans le port de Pozzallo, en Sicile. Une enquête a été ouverte par la justice italienne à l'encontre de l'ONG ainsi que le commandant et le coordinateur des secours pour "association de malfaiteurs en vue de favoriser l'immigration clandestine". 

Pourtant, c'est bien un sauvetage, démarré dans des conditions en règle, qui est à l'origine de cette poursuite. En fin de semaine dernière, l'Open Arms a été mobilisé par le MRCC de Rome, coordinateur des opérations en Méditerranée, pour venir au secours d'une embarcation en train de couler à 73 milles des côtes libyennes. Il reçoit ensuite un contre-ordre, annonçant la prise en charge de l'embarcation par les garde-côtes libyens. Arrivée sur zone après un nouvel appel de secours, l'Open Arms commence immédiatement les opérations de récupération de 216 migrants. Ils sont rejoints par un navire libyen qui exige, très brutalement, que l'ONG lui remette les migrants, terrifiés de cette perspective. Ce que les volontaires d'Open Arms refusent. Ils débarqueront ensuite une mère et son enfant, blessés, à Malte puis les autres réfugiés en Sicile où le navire est, au même moment, placé sous séquestre.

Le parquet italien reproche aux sauveteurs la violation du code de conduite, que le gouvernement italien a fait signer à l'ensemble des ONG l'été dernier. Celui-ci prévoit notamment la compétence libyenne sur une zone de sauvetage dont les limites n'ont cependant pas été officiellement reconnues par les instances internationales. Cette saisie, sur une base légale interne dont on ne connaît donc pas réellement la compatibilité avec le droit international de la mer, est la deuxième du genre après celle, en août de l'ONG allemande Jugend Rettet. 

Depuis la mise en place de ce code de conduite, le nombre d'ONG intervenant en Méditerranée est passé de 8 à 2. Il n'y a désormais plus que l'Aquarius de SOS Méditerranée sur zone. « La saisie d'Open Arms et les enquêtes criminelles lancées à l'encontre de ProActiva Open Arms constituent des développements très préoccupants pour les activités de sauvetage en Méditerranée centrale. SOS Mediterranée, préoccupée face à une nouvelle étape franchie dans la criminalisation de l'aide humanitaire en mer, exprime sa solidarité envers les sauveteurs d'Open Arms. Aujourd'hui, l'Aquarius est le seul navire de sauvetage présent en Méditerranée centrale. Jusqu'à quand ? », a déclaré Francis Vallat, président de SOS Méditerrannée France, qui dénonçait lundi, sur Mer et Marine, la situation dramatique des migrants en Libye.

 

 

 

Energies Marines Renouvelables