Construction Navale
Militaire, yachts, SNSM : Couach remonte en puissance
ABONNÉS

Actualité

Militaire, yachts, SNSM : Couach remonte en puissance

Construction Navale

Après une période difficile suite à la fin de la série des 79 intercepteurs de 16.5 mètres destinés à l’Arabie saoudite, dont les derniers exemplaires ont été livrés à l’été 2018, le constructeur girondin Couach reprend des couleurs. « Fin 2018 nous n’avions plus rien. En 2019 nous avons bataillé pour décrocher des commandes et nous avons finalement signé de beaux contrats. Depuis la fin 2019, les bureaux d’études ont beaucoup travaillé et cette année la production remonte en puissance », explique-t-on à Mer et Marine au chantier de Gujan-Mestras. Ce dernier est pour mémoire une filiale du groupe Nepteam, qui possède également IMS Shipyard et Zodiac Nautic. 

 

L'un des 79 intercepteurs livrés à l'Arabie Saoudite entre 2016 et 2018 (© : COUACH)

L'un des 79 intercepteurs livrés à l'Arabie Saoudite entre 2016 et 2018 (© : COUACH)

 

Plusieurs dizaines de nouvelles vedettes et intercepteurs à construire

Après s’être rationalisée durant la période de disette, l’entreprise, spécialisée dans les bateaux en composite et qui compte aujourd’hui environ 180 salariés, a maintenant du pain sur la planche pour les deux ans qui viennent. Cela, sur trois marchés principaux. D’abord, le secteur militaire, avec de nouvelles commandes importantes. Après avoir vendu fin 2018 à l’Arabie Saoudite les deux patrouilleurs côtiers de 22 mètres construits en 2014 pour le Yémen, Couach a reçu la commande d’une douzaine d'autres unités de ce type. Les livraisons de ces vedettes sont prévues en 2021 et 2022.

 

L'un des deux patrouilleurs réalisés initialement pour le Yémen (© : COUACH)

L'un des deux patrouilleurs réalisés initialement pour le Yémen (© : COUACH)

 

Le chantier français a, dans le même temps, signé avec un autre pays du Moyen-Orient la construction d’une vingtaine de nouveaux intercepteurs qui sortiront à partir de l’année prochaine. Et développe de nouveaux modèles, de l’intercepteur ultrarapide de 12 mètres aux petits patrouilleurs de plus de 30 mètres.

Un yacht de 37 mètres livré cet été et un autre de 26 mètres en construction

Dans le yachting, un secteur difficile ces dernières années, Couach a également décroché des contrats. Avec d’abord un navire de 37 mètres, le Millésime, qui a été livré cet été, et maintenant en cours de construction une unité de 26 mètres. Un bateau qui présente la particularité d’être réalisé non pas en polyester, comme d’habitude, mais dans une résine époxy bio-sourcée, ce qui constitue une première pour le chantier. « Les yachts étaient un peu en retrait ces dernières années par rapport aux bateaux professionnels mais c’est en train de repartir. Nous avons réorganisé notre gamme, en particulier sur les bateaux de 23 à 26 mètres, avec de nouveaux modèles au goût du jour. Nous avons d’ailleurs beaucoup de contacts actuellement pour des projets de cette taille ».

La production de la nouvelle flotte de la SNSM débute

Et puis il y a un programme dimensionnant de long terme, celui du renouvellement de la flotte de la Société Nationale de Sauvetage en Mer. A l’issue d’une longue compétition, Couach a été retenu comme fournisseur unique des nouveaux canots, vedettes, semi-rigides, pneumatiques et autres jet-skis de l’association. Un contrat cadre a été signé en ce sens en octobre 2019. Il comprend une tranche ferme de 5 ans portant sur la réalisation de 35 bateaux pour un montant de 25 millions d’euros, et une tranche optionnelle similaire. Soit en tout, sur 10 ans, 70 embarcations pour un investissement fixé à 50 millions d’euros. Sachant que cela ne représente que la moitié des besoins de renouvellement des moyens de la SNSM, qui pourra en fonction de ses ressources financières augmenter le volume de commandes.

 

Les nouvelles unités de la SNSM (© : COUACH - BARREAU-NEUMAN)

Les nouvelles unités de la SNSM (© : COUACH - BARREAU-NEUMAN)

 

Après les études, l’heure est maintenant à la production, en particulier pour le chantier de Gujan-Mestras celle des Navires de Sauvetage Hauturiers de première classe (NSH1) et de seconde classe NSH2), longs de 17 et 14.5 mètres, ainsi que des Navires de Sauvetage Côtier de première classe (NSC1) de 11.7 mètres. Pour mémoire, la production des semi-rigides (NSC2 et NSC3) a été confiée à Zodiac-Nautic qui va les produire dans son usine d’Ayguevives, en Haute-Garonne.

Après avoir récemment reçu les moules, Couach va débuter la construction des coques des premiers bateaux, avec pour commencer le prototype du NSH1, dont la sortie est prévue en 2021. A ce stade, la première tranche du contrat signé avec la SNSM porte sur la livraison en cinq ans de 15 NSH1, NSH2 et NSH3, mais le constructeur semble optimiste sur le fait que ce chiffre sera dépassé.

 

Vue du NSH1 fournie à Mer et Marine par la SNSM (© : COUACH - BARREAU-NEUMAN)

Vue du NSH1 fournie à Mer et Marine par la SNSM (© : COUACH - BARREAU-NEUMAN)

 

Et Couach espère capitaliser sur ce programme en développant sa gamme de bateaux professionnels, avec par exemple un nouveau modèle de 16 mètres (Port Security Boat) pouvant servir à la fois de pilotine et de bateau pompier.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Chantier Naval Couach | Toute l'actualité du chantier girondin