Vie Portuaire
Mise à disposition des premiers portiqueurs de Port 2000

Actualité

Mise à disposition des premiers portiqueurs de Port 2000

Vie Portuaire

A partir de ce matin, 12 grutiers du Port Autonome du Havre sont mis à disposition de la Générale de Manutention Portuaire. Cette société privée, filiale de Port Synergie, elle-même filiale de CMA CGM et P&O Ports (50/50), est chargée d’opérer le Terminal de France, première tranche mise en exploitation sur Port 2000. GMP, qui prévoit une montée en puissance rapide de l'infrastructure, prévoit d'atteindre 30.000 mouvements mensuels (chargements/déchargements de conteneurs) d'ici la fin de l'année. Après une longue et difficile phase de concertation lancée il y a trois ans et marquée par des mouvements de grève, le conseil d’administration du PAH avait arrêté, le 16 décembre dernier, les grandes lignes du dispositif de mise à disposition de son personnel dans le cadre des terminaux sous convention d'exploitation. Les derniers accords sur l’organisation du temps de travail, les rémunérations et les avenants aux contrats ont été entérinés jeudi dernier par les différentes parties (opérateur, port et représentants du personnel).

« A présent, vont être élaborés les contrats de prestation de maintenance (assistance à l’exploitation, dépannage, maintenance préventive) à assurer par le PAH pour le compte des opérateurs qui en maîtriseront l’exécution en assurant eux-mêmes, notamment, l’ingénierie de la maintenance », souligne le Port Autonome du Havre. La première équipe de portiqueurs devra assurer la première escale de porte-conteneurs, prévue autour du 18 avril, avec le CMA CGM Kalamata. Douze autres grutiers les rejoindront début mai. Inauguré le 30 mars, le Terminal de France compte, pour l’heure, 700 mètres de quai et 6 portiques. Cette infrastructure a coûté 103 millions d’euros aux opérateurs, dont 17 millions pour les engins de manutention et 44 millions d’euros pour les portiques. Une seconde tranche de travaux doit voir l’aménagement de 350 mètres de quai supplémentaires, dotés de trois portiques. Le coût du chantier est estimé à 40 millions d’euros. Avec son nouveau terminal à conteneurs, le PAH espère tripler, à moyen terme, son trafic, qui s’est élevé à 2 millions d’EVP l’année dernière.

Port du Havre