Défense
Mise en service du destroyer japonais Shiranui

Actualité

Mise en service du destroyer japonais Shiranui

Défense

La marine nippone vient de s’enrichir d’un nouveau destroyer. Il s’agit du Shiranui, dont la cérémonie de mise en service s’est déroulée le 27 février au chantier Mitsubishi Heavy Industries de Nagasaki.

Evolution des quatre unités du type 19DD (classe Akizuki) livrées entre 2012 et 2014, le Shiranui constitue avec son aîné l’Asahi, opérationnel depuis 2018, le type 25DD.

 

L'Akizuki (© : JMSDF)

L'Akizuki (© : JMSDF)

Le Shiranui (© : JMSDF)

Le Shiranui (© : JMSDF)

 

Ces bâtiments de 151 mètres de long pour 18 mètres de large affichent un déplacement de 6800 tonnes en charge. Dotés d’une propulsion COGLAG, comprenant deux turbines à gaz GE LM2500, des diesels générateurs et moteurs électriques, ces destroyers peuvent atteindre 30 nœuds.

Conçus notamment pour la lutte anti-sous-marine, les Akizuki et Shiranui sont équipés d’un sonar de coque et d’une antenne remorquée, de six tubes lance-torpilles et de missiles ASM VL Ascroc. Egalement dotés d’un radar plaques multifonctions à antenne active FCS-3, ces bâtiments disposent de 32 cellules de lancement vertical accueillant en plus des VLA des missiles surface-air ESSM. S’y ajoutent deux rampes quadruples pour 8 missiles antinavire, une tourelle de 127mm, deux systèmes multitubes Phalanx et de l’artillerie légère. Armés par plus de 200 marins, les 25DD peuvent en outre embarquer un hélicoptère SH-60.