Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Mise à l’eau de la frégate Provence

Défense

La quatrième frégate multi-missions (FREMM) construite par le site DCNS de Lorient a été mise à flot hier. La Provence a quitté la forme de construction couverte pour rejoindre le quai d’armement, où sa construction va se poursuivre en vue d’une première sortie en mer l’an prochain. Le bâtiment, dont la construction a débuté en décembre 2010, doit être livré en 2015 à la Marine nationale. la Provence y rejoindra deux de ses trois sisterships, l’Aquitaine, tête de série du programme FREMM, livrée fin 2012, ainsi que la Normandie. Celle-ci va appareiller de Lorient dans les prochaines semaines afin de débuter ses essais en mer, la marine française devant réceptionner cette frégate l’an prochain. Quant au Mohammed VI, deuxième unité de la série, sa livraison au Maroc est prévue fin novembre.

Actuellement, le site de DCNS à Lorient gère un total de cinq FREMM. Le Mohammed VI, la Normandie et la Provence, mais aussi les futures Languedoc et Auvergne. L’assemblage de la Languedoc va être mené à bien dans la forme de construction, libérée par la Provence, alors que l’Auvergne en est au stade de la réalisation des blocs pré-armés.

 

 

Le Mohammed VI (© DCNS)

Le Mohammed VI (© DCNS)

 

 

Pour la suite, le programme doit être réorganisé dans le cadre de la nouvelle loi de programmation militaire, examinée cet automne par le parlement en vue d’une adoption d’ici la fin de l’année. La France ambitionne toujours de disposer de 11 FREMM. Initialement, les deux dernières devaient voir leurs capacités de défense aérienne renforcées afin de succéder aux Cassard et Jean Bart au début de la prochaine décennie. Il a, néanmoins, été décidé d’avancer la construction de ces deux « FREDA », comme on les appelle.  Elles ont désormais pris les 7ème et 8ème places dans le programme de construction, ce qui signifie que ces frégates seront les prochaines à être mises en chantier à Lorient. Compte tenu de l’étalement du programme (seules 6 FREMM devant être livrées en 2019 contre 8 initialement) dans le cadre des restrictions budgétaires, la découpe de la première tôle de la FREMM 7 (qui doit s’appeler Alsace) n’est pas intervenue cet été. Elle est retardée, pour tenir compte du glissement du calendrier, mais aussi en attendant les décisions concernant l’ampleur de l’adaptation du modèle de base à la défense aérienne. Les modifications peuvent aller d’un simple renforcement des capacités (radar et système de combat notamment) à une évolution plus lourde (nouveau radar) mais coûteuse, donc moins probable. Dans tous les cas, ces FREDA, que la marine réceptionnera à partir de 2020, n’embarqueront pas de missiles de croisière (MdCN/Scalp Naval), les deux lanceurs (16 cellules) présents à cet effet sur les FREMM de base étant réaffectés aux missiles surface-air Aster. Les futures frégates de défense aérienne embarqueront, ainsi, 32 missiles Aster 15 et Aster 30, contre 16 Aster 15 pour les frégates précédentes.

 

 

L'Aquitaine (© MARINE NATIONALE)

L'Aquitaine (© MARINE NATIONALE)

 

 

Longues de 142 mètres pour une largeur de 20 mètres, les six premières FREMM, ainsi que les frégates 9 à 11, sont des bâtiments de 6000 tonnes en charge. Polyvalents, ils disposent notamment de solides capacités anti-sous-marines, avec un sonar remorqué Captas 4 et des torpilles MU90, ainsi qu’un hélicoptère Caïman Marine (NH90) apte à la lutte ASM et antisurface. En plus des 16 MdCN et des 16 Aster 15, le reste de l’armement comprend 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3, une tourelle de 76mm et deux canons de 20mm télé-opérés (le Narwhal de Nexter).

Le Mohammed VI est un quasi-sistership des FREMM françaises, disposant de moyens spécifiques en termes de communication notamment. De plus, la frégate marocaine n’embarque pas de missiles de croisière, alors que son artillerie légère n’est finalement pas constituée de Narwhal. 

Naval Group (ex-DCNS) Marine nationale