Construction Navale
North Pole : la Russie met à l'eau sa nouvelle station polaire

Actualité

North Pole : la Russie met à l'eau sa nouvelle station polaire

Construction Navale
Science et Environnement

Les Chantiers de l’Amirauté, à Saint-Pétersbourg, ont procédé le 18 décembre au lancement de la plateforme scientifique polaire North Pole. Commandée en avril 2018 par Roshydromet, le service fédéral russe de suivi météorologique et environnemental, dans le cadre du Projet 00903, elle vise à accroître les capacités de recherche en Arctique, notamment dans les domaines de l’océanographie, de la géophysique et de la géologie.

 

 

Le North Pole après son lancement à Saint-Pétersbourg le 18 décembre (© ADMIRALTY SHIPYARDS

Le North Pole après son lancement à Saint-Pétersbourg le 18 décembre (© ADMIRALTY SHIPYARDS)

 

Longue de 83.1 mètres pour une largeur de 22.5 mètres, cette station autopropulsée affichera un déplacement d’environ 10.390 tonnes. Conçue pour opérer dans les environnements les plus hostiles, notamment par des températures de – 50°C, cette unité, qui n’a pas d’équivalent dans le monde, est taillée pour naviguer ou se laisser dériver en zone polaire, y compris en restant prisonnière des glaces sur de longues périodes. Dotée d’une coque brise-glace particulièrement résistante, elle pourra effectuer des missions allant jusqu’à deux ans avec une réserve de carburant calculée en conséquence. Sur de si longues périodes, les acheminements de vivres pour l’équipage et les scientifiques, ainsi que les relèves de personnels, pourront être menés par des hélicoptères Mi-8, Mi-38 ou Mi-17, une plateforme permettant l’accueil de ces appareils. Quand elle ne se laissera pas dériver dans les glaces, la station pourra naviguer à une vitesse pouvant attendre 10 nœuds, sa motorisation développant 4200 kW.

 

(© ADMIRALTY SHIPYARDS

(© ADMIRALTY SHIPYARDS)

 

Baptisée North Pole en hommage à la mission « Pôle nord » qui avait vu une première mission d’hivernage sur la banquise conduite par une équipe scientifique soviétique en 1937, la station aura un équipage de 14 marins. Elle pourra accueillir en plus une équipe de recherche allant jusqu’à 34 personnes, qui auront à leur disposition un centre scientifique avec différents laboratoires, de nombreux senseurs et outils de prélèvement pour conduire leurs travaux et effectuer des analyses, ainsi que de puissants moyens de communication pour travailler en permanence avec des équipes à terre et transmettre les données collectées et résultats de leurs recherches. 

Un important travail reste à accomplir sur le North Pole avant sa mise en service. La station, qui avait été mise sur cale en avril 2019 et est désormais en armement à flot, ne devrait en effet pas être opérationnelle avant 2024.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.