Disp POPIN non abonne!
Construction Navale

Actualité

Mise à l’eau du premier ferry GNL de Baleària

Construction Navale
Marine Marchande

Le chantier italien Vinsentini de Porto Viro a mis à l’eau le 29 mars l’Hypatia de Alejandría, premier des deux ferries commandés il y a un peu plus d’un an par la compagnie espagnole Baleària. Prévu pour entrer en service début 2019 sur les lignes desservant les Baléares, ce sera le premier ferry exploité en Méditerranée avec une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié. La propulsion est fournie par deux moteurs dual-fuel, pouvant être alimentés aussi bien en GNL qu’en carburant classique. La puissance totale est de 20.600 kW pour une vitesse maximale de 24 nœuds.

Long de 186.5 mètres, l’Hypatia de Alejandría comptera 123 cabines et pourra transporter 810 passagers. Il comptera 2180 mètres linéaires pour le fret et des garages pour 150 voitures. Côté design, le navire reprend les lignes des Ro-pax que Visentini construit depuis des années en grande série. Pour le chantier italien, ce nouveau ferry et son sistership représentent un contrat de 200 millions d’euros.

Le projet de ferry à La Naval ne verra pas le jour

En revanche, Baleària a indiqué il y a une dizaine de jours qu’elle retirait sa commande d’un grand ferry au GNL/diesel commandé au chantier basque La Naval de Sestao. Le contrat, de 175 millions d’euros, remontait à février 2016 et devait voir la réalisation d’une première unité en 2018 avec une autre en option. Mais, la situation très compliquée du chantier espagnol a repoussé le début de la construction, jusqu’à ce que la compagnie maritime finisse par casser le contrat. Un nouveau coup dur pour le chantier La Naval, au bord de la fermeture.

 

Le ferry qui avait été commandé à La Naval (© WARTSILA)

Le ferry qui avait été commandé à La Naval (© WARTSILA)

 

Ce navire devait être long de 232.2 mètres pour une largeur de 30.4 mètres et avoir une capacité de 1600 passagers ainsi que 3300 mètres linéaires de stockage de marchandises et l’emport de 350 véhicules. Il était de même sensé être un « smart ship » avec donc d’une part une propulsion innovante, mais aussi des panneaux solaires pour compléter l’alimentation électrique du bord.

Cela aurait fait de lui le plus grand ferry en Europe disposant d’une propulsion duale gaz naturel liquéfié/diesel. Et même sans cela, ses dimensions l’auraient placé dans la sphère des plus grands ferries européens.