Défense
Mission Jeanne d’Arc : Le groupe amphibie de retour en France

Actualité

Mission Jeanne d’Arc : Le groupe amphibie de retour en France

Défense

Après un déploiement de 103 jours et plus de 25.000 milles parcourus, le Tonnerre et le Georges Leygues arrivent aujourd’hui à Toulon. Déployés dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc, le bâtiment de projection et de commandement, ainsi que la frégate anti-sous-marine, avaient quitté Brest le 6 mars. Le groupe amphibie a été déployé en Méditerranée orientale, en mer Rouge, en océan Indien et jusqu’en Asie, réalisant notamment des escales au Liban, à Djibouti, aux émirats arabes, aux Seychelles, à Singapour, en Indonésie et au Vietnam. Le groupe amphibie a participé à différentes opérations, étant notamment intégré à la Task Force 150 de lutte contre le terrorisme et les trafics illicites, ainsi qu’à l’EU-NAVFOR déployée dans le cadre de la mission européenne Atalante de lutte contre la piraterie. Le déploiement du Tonnerre et du Georges Leygues a, également, été rythmé par de différentes manœuvres, notamment l’exercice amphibie franco-libanais Cèdre Bleu, mars, Tonnerre d’Acier à Djibouti en avril et l’exercice amphibie franco-émirien Ta’Awoun, en mai au large d’Abu Dhabi ; ainsi qu’à de nombreuses interactions avec les marines alliées.

 

 

Exercice Cèdre Bleu au Liban (© : MARINE NATIONALE - SEBASTIEN CHENAL)

Exercice Cèdre Bleu au Liban (© : MARINE NATIONALE - SEBASTIEN CHENAL)

 

Exercice Ta'Awoun aux Emirats (© : MARINE NATIONALE - SEBASTIEN CHENAL)

Exercice Ta'Awoun aux Emirats (© : MARINE NATIONALE - SEBASTIEN CHENAL)

     

                               

En tout, quelques 650 militaires ont participé cette année à la mission Jeanne d’Arc. En plus des équipages du Tonnerre et du Georges Leygues, il y avait à bord 133 officiers-élèves, dont 18 étrangers provenant de 15 pays ; ainsi qu’un groupe tactique embarqué (notamment 200 légionnaires et une cinquantaine de véhicules - VBL, VAB, chars AMX 10 RC- de la 6ème brigade légère blindée) et un groupe aérien composé de Puma et Gazelle de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT), ainsi que d’une Alouette III de l’escadrille 22S de l’aéronautique navale (500 heures de vol réalisées). La flottille amphibie a, quant à elle, armée le BPC avec un catamaran rapide de type EDAR et deux chalands de débarquement de type CTM.

 

 

Véhicules de l'armée de Terre sur le Tonnerre (© : MARINE NATIONALE)

Véhicules de l'armée de Terre sur le Tonnerre (© : MARINE NATIONALE)

 

Débarquement d'un AMX-10 par un EDAR (© : MARINE NATIONALE - S. CHENAL)

Débarquement d'un AMX-10 par un EDAR (© : MARINE NATIONALE - S. CHENAL)

 

 

C’est en 2010 que le concept de la mission Jeanne d’Arc, qui en est donc à sa quatrième édition, a été mis en place par l’Etat-major des Armées et la Marine nationale. L’objectif était alors de trouver une solution de remplacement au porte-hélicoptère Jeanne d’Arc, le mythique bâtiment école étant retiré du service en 2010 après une longue carrière de 46 ans. Le budget n’étant pas disponible pour assurer sa succession avec un bâtiment dédié, l’idée a germé de constituer autour d’un BPC un groupe amphibie interarmées déployé chaque année dans les régions sensibles et à fort intérêt stratégique pour la France. Reprenant le nom de l’ancien porte-hélicoptères, cette mission constitue à la fois un déploiement militaire avec des moyens d’intervention amphibies, terrestres et aériens à même de répondre à différents types de crises, ainsi qu’une opération de formation des jeunes officiers élèves. Ceux-ci effectuent ainsi, comme à l’époque de l’ancienne Jeanne, leur premier déploiement de longue durée à la mer, avec un outil moderne et dans un cadre interarmées, le tout au sein d’une mission bien plus « opérationnelle » qu’autrefois. On notera que ces élèves sont des enseignes de vaisseau de l’Ecole navale, des médecins des armées, des commissaires-élèves et des élèves administrateurs des Affaires maritimes, auxquels d’ajoutent des cadets étrangers. 

 

 

Le Tonnerre et le Georges Leygues ravitaillés par la Meuse (© : MN - SEBASTIEN CHENAL)

Le Tonnerre et le Georges Leygues ravitaillés par la Meuse (© : MN - SEBASTIEN CHENAL)

Marine nationale