Défense
MKS 180 : une question de souveraineté pour l’industrie navale allemande
ABONNÉS

Actualité

MKS 180 : une question de souveraineté pour l’industrie navale allemande

Défense

C’est le plus important programme d’armement naval que l’Allemagne compte lancer depuis la seconde guerre mondiale. Un contrat de 4 à 6 milliards d’euros pour le développement et la construction de quatre à six bâtiments de combat de fort tonnage, très polyvalents et conçus pour les soutenir des opérations lointaines et de très longue durée face à tous les types de menaces, y compris dans le cadre de combats de haute intensité. Ces unités auront l’aspect de frégates, mais avec des capacités étendues dans de nombreux domaines et un gabarit particulièrement imposant, lié aux capacités requises par la Bundeswehr pour les grands déploiements mais aussi la possibilité de faire sensiblement évoluer ces plateformes et leurs équipements au fil des années. On parle ainsi de bateaux d’environ 160 mètres de long, plus de 25 mètres de large et d’un déplacement supérieur à 10.000 tonnes. Ils seront équipés pour la défense aérienne, l’action vers la terre et la projection de forces spéciales, la lutte antisurface, anti-sous-marine et contre les menaces asymétriques, ainsi que l’assistance en cas d'opérations humanitaires.

Premier projet européen du genre soumis à une compétition internationale

Un programme aussi complexe que majeur qui fait également trembler les murs outre-Rhin. Car avec MKS 180, l’industrie allemande spécialisée dans les navires militaires de surface joue sa position et, probablement, une grande partie de son avenir. Pour la première fois au sein d’un pays de l’UE disposant des capacités nationales nécessaires, l’Allemagne a en effet choisi, lorsque la procédure d’acquisition des MKS 180 a été lancée en juillet 2015, d’ouvrir la compétition au niveau européen. Une décision étonnante car pour des contrats aussi stratégiques, l’Allemagne comme