Défense
MMCM : Essais d’acceptation réussis pour le tandem USV-TSAM et le drone sous-marin
ABONNÉS

Actualité

MMCM : Essais d’acceptation réussis pour le tandem USV-TSAM et le drone sous-marin

Défense

Développé par Thales dans le cadre du programme MMCM, le nouveau système de drones de guerre des mines franco-britannique a franchi la semaine dernière deux étapes importantes. Le drone de surface (USV) a réalisé avec succès, à Brest (où la Marina nationale avait mouillé des mines factices), ses essais d’acceptation de la capacité opérationnelle comprenant la mise en œuvre du sonar remorqué TSAM. Il en a été de même, à Toulon, pour le drone sous-marin (UUV) du type A27 livré ce mois-ci par ECA et équipé d’une antenne similaire (SAMDIS). L’engin a effectué des plongées grands fonds (jusqu’à 280 mètres) dans les eaux varoises, alors que l’USV et son sonar tracté ont travaillé en Bretagne sur leurs capacités de détection par faibles fonds (quelques dizaines de mètres).

 

Le drone de surface (ici l'USV 0) avec le sonar remorqué TSAM 

Le drone de surface (ici l'USV 0) avec le sonar remorqué TSAM (© THALES)

(

(© THALES)

 

Pendant ce temps, le robot télé-opéré (ROV) développé par le groupe suédois Saab, le MuMNS (Multi-Shot Mine Neutralisation System (MuMNS), a réalisé avec succès ses essais de lancement et de récupération automatiques depuis l’USV. Ils ont été menés sur le lac de Motala, en Suède. Le MuMNS est attendu début juin à Brest pour poursuivre ses essais. Ce ROV est pour mémoire conçu pour la neutralisation des mines. Sa particularité est qu’il peut emporter trois charges permettant de détruire au cours d’une même mission trois mines différentes. Le robot pourra aussi être équipé d’un bras télescopique innovant conçu pour la destruction des mines à orin grâce à un système de cloutage de la charge sur l’engin à neutraliser. Les charges creuses elles-mêmes ont déjà été testées sur le site britannique d’Alford.

 

L'USV 0 en Suède pour les essais de lancement et de récupération du ROV 

L'USV 0 en Suède pour les essais de lancement et de récupération du ROV (© THALES)

 

 

L'USV 0 en Suède pour les essais de lancement et de récupération du ROV 

L'USV 0 en Suède pour les essais de lancement et de récupération du ROV (© THALES)

 

Concernant les drones de surface, Thales a réceptionné cet hiver les deux démonstrateurs finaux (USV 1 et USV 2) destinés à la Marine nationale et la Royal Navy. Ils s’ajoutent à l’USV 0, construit sur fonds propres par l’électronicien pour débuter les essais à Brest en 2018. Cet engin a servi à tester en Suède le système de lancement et de récupération du ROV. L'USV 0 est maintenant sur le chemin du retour vers le Royaume-Uni, où ces drones sont réalisés par la société britannique ASV. En France, c’est l’USV 1 qui a mené la semaine dernière les essais d’acceptation du TSAM. Quant à l’USV 2, il est actuellement en Grande-Bretagne pour tester le tout nouveau sonar d’évitement de mines (MOAS) qui permettra de sécuriser le transit des drones de surface vers leurs zones de missions.

Chaque brique du programme MMCM (Maritime Mine Counter Measures) est donc testée et acceptée au fur et à mesure. Puis, après les démonstrations de chacune, l’enjeu des mois qui vienne va être de regrouper l’ensemble au sein d’un système de mission intégré piloté depuis un Centre opérationnel, le « POC », qui consiste en deux conteneurs de 20 pieds transportables et autonomes, y compris en énergie. Il est armé par trois opérateurs et un officier, qui s’appuient sur un système de mission dédié et de puissants moyens de communication, redondés et sécurisés, afin de contrôler et télé-opérer les drones, recevoir des images sonar et vidéo en temps réel. Ces systèmes de communication ont d’ailleurs récemment été testés avec l’USV 1, avec des portées dit-on sensiblement supérieure à ce qui est contractuellement exigé (12 nautiques).

L’objectif est que l’ensemble soit prêt à être testé en conditions réelles sur différents scénarii début 2020, en vue d’une livraison des systèmes complets à chaque marine en avril de la même année. La Marine nationale et la Royal Navy pourront alors expérimenter ce nouvel outil et, en fonction du retour d’expérience, passer commande des systèmes définitifs. La France prévoit notamment de se doter de huit systèmes complets, comprenant chacun un USV avec sonar remorqué et ROV, ainsi que trois UUV. Ils pourront être mis en œuvre depuis la terre ou l’un des nouveaux bâtiments de guerre des mines que la France doit commander à partir de 2020.

 

Thales Marine nationale Royal Navy Drones