Défense
MMCM : Premiers essais concluants pour le drone de surface et son sonar remorqué
ABONNÉS

Focus

MMCM : Premiers essais concluants pour le drone de surface et son sonar remorqué

Défense

Mondialement reconnue pour son savoir-faire en matière de guerre des mines, la France, via sa marine et ses industriels, se veut pionnière dans le développement de nouvelles solutions faisant appel à des systèmes totalement robotisés. L’objectif est d’éviter au maximum les interventions humaines dans les zones de danger.

Après avoir conduit plusieurs expérimentations, dont le plan d’études amont (PEA) Espadon entre 2009 et 2015, la France a lancé en 2016 un programme en coopération avec le Royaume-Uni dans le cadre du remplacement de ses traditionnels chasseurs de mines par des systèmes autonomes. Appelé MMCM (Maritime Mine Counter Measures), ce programme verra la qualification, d’ici 2020, de deux systèmes de drones, soit un par pays. Il est industriellement porté par Thales, qui a mis en place une équipe binationale chargée du développement, de l’intégration et de la validation du concept.

Emploi combiné de drones de surface et robots sous-marins

Ces systèmes reposent sur l’emploi combiné, depuis la côte ou un bateau-mère, de plusieurs types de robots, chacun ayant une fonction bien précise. Pour la détection et la localisation des mines, deux moyens sont employés : des drones de surface (Unmanned Surface Vehicle - USV) équipés d’un sonar remorqué et des drones sous-marins (Autonomous Underwater Vehicle - AUV) eux-aussi dotés d’un sonar. Ces deux types d’engins sont complémentaires. L’USV est plus rapide et peut communiquer en permanence avec la station de contrôle située à terre ou sur le bateau-mère, alors que l’AUV peut travailler à des profondeurs plus importantes mais est obligé de remonter à la surface pour transmettre les informations recueillies.

Si une mine est détectée, un autre USV est alors déployé, non plus avec un sonar remorqué mais avec un robot télé-opéré (Remote Operated Vehicle - ROV). Grâce à ses caméras dont les images sont transmises en direct à un opérateur, ce ROV a pour mission d’identifier précisément la menace et de procéder à sa destruction au moyen des charges explosives qu'il emporte et va déposer auprès de la mine. 

 

L'Halcyon et le démonstrateur d'USV du programme MMCM 

L'Halcyon et le démonstrateur d'USV du programme MMCM (© THALES)

 

Le système retenu par la France et le Royaume-Uni

Sur la base du design Alcyon de la société britannique ASV, Thales a développé un démonstrateur d’USV destiné au programme MMCM. Spécifiquement conçue pour la guerre des mines, avec une signature réduite et une forte capacité de résistance aux chocs, cette embarcation en composite mesure 12 mètres de long pour 3.5 mètres de large, avec un tirant d’eau de 80 centimètres et un tirant d’air de 4 mètres (2.3 mètres sans le mât). Elle peut déployer un sonar remorqué TSAM équipé d’une antenne SAMDIS à ouverture synthétique. Offrant un système d’imagerie multi-aspect extrêmement précis, ce système peut être immergé à 80 mètres de profondeur et scanner des fonds à 100 mètres.

 

L'USV avec son sonar tracté TSAM 

L'USV avec son sonar tracté TSAM (© THALES)

L'USV déployant son sonar tracté TSAM 

L'USV déployant son sonar tracté TSAM (© THALES)

L'USV pourra aussi mettre en oeuvre le robot télé-opéré MuMNS 

L'USV pourra aussi mettre en oeuvre le robot télé-opéré MuMNS (© SAAB)

 

La seconde charge utile de l’USV sera un ROV dédié à l’identification et la destruction des mines. Dans le cadre de MMCM, c’est le nouveau Multi-Shot Mine Neutralisation System (MuMNS), du groupe suédois Saab, qui a été retenu. Capable de localiser et identifier des mines, il peut, et c’est son gros avantage, neutraliser plusieurs menaces lors d’une même mission. Par rapport aux traditionnels robots porteurs d’une unique charge de destruction, le MuMNS en emporte en effet trois. Une fois la mine localisée et identifiée grâce au sonar et aux caméras dont il dispose, l’engin de Saab dépose une charge et se retire. La mine peut alors être neutralisée alors que le robot part traiter une seconde puis une troisième mine. 

Long de 2.1 mètres pour une largeur de 80 centimètres et une hauteur de 60 centimètres, le MuMNS pèse 300 kilos. Il est capable d’intervenir jusqu’à 300 mètres de profondeur et évolue à la vitesse de 5.5 nœuds.

 

Le MuMNS identifiant une mine 

Le MuMNS identifiant une mine (© SAAB)

Le MuMNS déposant l'une de ses trois charges sur une mine

Le MuMNS déposant l'une de ses trois charges sur une mine

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques Thales | Actualité maritime du géant de l'électronique