Construction Navale
MOL présente sa vision du ferry du futur

Actualité

MOL présente sa vision du ferry du futur

Construction Navale

Après son concept de roulier du futur, la compagnie japonaise Mitsui O.S.K. Lines dévoile sa vision de ce que pourraient être les ferries dans un proche avenir. Respectueux de l'environnement, le bateau imaginé par MOL présente un design et intègre des solutions techniques éprouvées afin de réduire sa consommation et ses rejets polluants. Ainsi, selon MOL, les rejets de CO2 (dioxyde de carbone) seraient diminués de 50%, alors que les émissions de NOx (oxydes d'azote), SOx (oxydes de soufre) et PM (particules de matière) seraient respectivement réduites de 90, 98 à 100 et 98% ; par rapport aux navires actuellement en service dans la compagnie japonaise.
Pour parvenir à ce résultats, différentes techniques sont intégrées au concept développé par MOL au travers du programme de R&D « ISHIN-II » (Innovations in Sustainability backed by Historically proven, INtegrated technologies). Le ferry utiliserait du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) comme carburant, ce qui permettrait de réduire les émissions de CO2 de plus de 20% par rapport à une motorisation utilisant du fuel lourd. Dans le même temps, les rejets de NOx, SOx et PM disparaîtraient pour l'essentiel.

(© : MOL)
(© : MOL)

En ce qui concerne l'appareil propulsif (moteur de propulsion électrique), ISHIN-II mettrait en oeuvre des propulseurs contre-rotatifs (double hélice inversée). Tournant dans un sens contraires, ils permettraient de mieux répartir l'effort. Le propulseur situé le plus à l'arrière absorberait l'énergie de rotation d'autre hélice, améliorant ainsi l'efficacité. De plus, le navire disposerait de la version la plus avancée du système Propeller Boss Cap Fins (PBCF), développé par MOL et destiné à réduire la dépense énergétique (ce système a déjà été installé sur 1700 navires dans le monde).
Alors que le dessin de la carène serait optimisé pour pénétrer au mieux l'élément liquide, les ingénieurs japonais proposent, parallèlement, d'adopter un système de lubrification à l'air. Ainsi, des bulles d'air seraient injectées sous la carène, réduisant l'effet de frottement et de résistance de la coque lors de sa progression dans l'eau.