Défense
Montage industriel des FREMM : FO s'inquiète

Actualité

Montage industriel des FREMM : FO s'inquiète

Défense

Une « douche froide ». C'est ainsi que Force Ouvrière perçoit le nouveau montage industriel envisagé par DCNS pour le programme des frégates multi-missions. Alors qu'initialement, à partir de la seconde FREMM, la partie avant devait être réalisée par des chantiers extérieurs, la direction a accepté de rapatrier une partie de la charge en interne. Cette proposition concerne l'ensemble des six blocs de la moitié avant de la FREMM n°2, attribués à Brest et Cherbourg. A partir du troisième bâtiment, seul le site de Cherbourg travaillerait sur la construction, avec les deux blocs de la proue, les quatre autres étant réalisés en sous-traitance. Brest conserverait l'assemblage et l'armement de la section, avant son transfert vers Lorient pour assemblage à la moitié arrière. Le schéma actuel, qui sera revu en 2009, dépendra néanmoins de la compétitivité et de la charge des établissements. Il pourra être amené à évoluer à compter de la FREMM n°4. C'est ce point, ainsi que la nouvelle organisation du travail, indispensable selon la direction pour permettre à DCNS de rester dans les coûts très contraints du programme, qui inquiète FO : « Cette dégradation annoncée des conditions de travail des personnels est une forme de chantage de la part de la direction qui indique clairement ses objectifs : ou vous acceptez ces nouvelles conditions de travail ou nous sous-traiterons dans les pays à bas coût. Cette forme de chantage à l'emploi est inacceptable et n'est qu'un prétexte pour réorganiser complètement le travail et remettre en cause les accords locaux et nationaux sur les conditions et le temps de travail ». Mardi dernier, après la présentation du nouveau montage industriel, d'autres syndicats, comme la CFDT et l'UNSA, n'avaient pas non plus caché leur déception (*). Au printemps, de nombreuses actions avaient été lancées pour réclamer que les futures frégates de la marine soient intégralement construites par DCNS. Du côté du siège de l'entreprise, on se veut rassurant, l'attribution d'anneaux à Brest et Cherbourg étant surtout vue comme une manière de compenser, jusqu'en 2010, le creux de charge que connaissent les établissements. Ces baisses d'activités seront, selon la direction, compensées ensuite par la montée en puissance du programme des sous-marins nucléaires d'attaque du type Barracuda et le début de la refonte des trois premiers sous-marins nucléaires lanceurs d'engins du type Le Triomphant.
______________________________________________

(*) Voir notre article du 20 juin

- Voir la fiche technique des frégates multi-missions


Naval Group (ex-DCNS)