Vie Portuaire
ABONNÉS

Actualité

Montoir : Premier transbordement de GNL russe en provenance de Yamal

Vie Portuaire

Le port de Nantes Saint-Nazaire était en ébullition hier matin avec l’arrivée de deux méthaniers, dont pour la première fois une des nouvelles unités brise-glace spécialement conçues pour exporter le gaz naturel liquéfié produit par Yamal LNG, au nord de la Russie.

Il s’agit du Fedor Litke, navire de 299 mètres de long, 50 mètres de large et d’une capacité de 172.000 m3 de GNL, stockés dans des cuves à membranes NO96-GW conçues par la société française GTT. Livré en novembre dernier à l’armement Dynagas par les chantiers sud-coréens DSME, le Fedor Litke est le cinquième d’une série de 15 méthaniers du type ARC7 LNG commandés dans le cadre du projet Yamal. Capables de naviguer seuls dans des épaisseurs de glace allant jusqu’à 2.5 mètres à travers l'Arctique, ils seront exploités au profit du terminal sibérien par Teekay (6), Dynagas (5) et MOL (3). Le 15ème navire, en fait le premier de la série, est le Christophe de Margerie, opéré directement par Yamal LNG.

 

Le Christophe de Margerie. Les ARC7 LNG peuvent briser la glace en marche avant et arrière (© DR)

 

Le nouveau terminal russe, mis en service le mois dernier, a déjà exporté deux cargaisons, l’une au Royaume-Uni et la seconde aux Pays-Bas. Celle du Fedor Litke est la troisième. A chaque fois, les ARC7, spécialement construits pour faire la navette entre Yamal LNG et des hubs de transbordement, déchargent leur GNL vers des méthaniers classiques, chargés d’acheminer ensuite les cargaisons vers les clients finaux, partout dans le monde.

 

Le Fedor Litke arrivant à Montoir juste après le LNG Jurojin (© NSNP)

 

Exploité par Elengy, filiale du groupe Engie, le terminal méthanier de Montoir-de-Bretagne fait partie de ce réseau de hubs d’éclatement du GNL sibérien. Pour son tout premier transbordement de gaz en provenance de Yamal, le navire receveur est le LNG Jurojin. En provenance de Corée du sud, ce bateau construit au Japon par Mitsubishi et livré à l’armement nippon MOL en 2015, mesure 288 mètres de long pour 49 mètres de large, ses cuves Moss pouvant stocker 155.000 m3 de GNL.

 

Le LNG Jurojin au terminal de Montoir hier (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le LNG Jurojin au terminal de Montoir hier (© ELENGY)

 

Il est, comme le Fedor Litke arrivé hier matin dans l’estuaire de la Loire. Premier à accoster au terminal Elengy, le LNG Jurojin, qui a évité pour se mettre cap à l’aval du fleuve, a nécessité 4 remorqueurs pour sa manœuvre. Deux d’entre eux, ainsi qu’une troisième coque, ont ensuite rejoint le Fedor Litke, qui s’est amarré directement, étrave vers l’amont de la Loire. On notera que pour permettre cette double opération, sans perturber les autres mouvements du port (en particulier la remontée jusqu’à Nantes de la frégate Latouche-Tréville, qui a mobilisé deux remorqueurs), Boluda a armé l’ensemble de ses sept remorqueurs locaux, sachant que normalement ils ne sont au maximum que six à être simultanément en activité.

 

Le Fedor Litke au terminal de Montoir hier (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le LNG Jurojin et le Fedor Litke au terminal de Montoir hier (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Il s’agissait d’un point crucial afin de respecter le timing très serré de cette première opération de transbordement, pour laquelle les navires ne restent en escale que 24 heures environ (ils doivent repartir dès ce jeudi). Les deux méthaniers, une fois à quai, ont été connectés afin de débuter l’opération de transbordement. Cela, grâce au gazoduc installé par Elengy entre ses deux appontements, qui permet un transfert direct de GNL entre les bateaux, sans passer par les cuves du terminal. Ce nouveau système avait été testé avec succès lors de premières opérations de transbordement à partir de l'été 2013.

 

Premier transbordement de GNL directement entre deux méthaniers en août 2013 (© ELENGY)

 

Le Fedor Litke a déchargé l’ensemble de sa cargaison mais, comme ce navire offre une capacité supérieure à celle du LNG Jurojin, le surplus a été envoyé vers les cuves du terminal, en vue d’une exportation, en complément de chargement, sur un autre navire attendu prochainement en escale. Quant au LNG Jurojin, il devrait probablement faire route vers l’Asie.

Attendue depuis longtemps, cette double escale, préparée de longue date par tous les acteurs portuaires, dont les pilotes de la Loire qui ont répété les manœuvres avec les nouveaux ARC7 sur le simulateur SPSA implanté à Nantes, constitue une étape très importante dans la politique de développement d’Elengy à Montoir. Dans le cadre d’un contrat signé entre Engie et le groupe russe Novatek, principal actionnaire de Yamal LNG, le terminal ligérien devrait recevoir une dizaine de cargaisons sibériennes cette année. La prochaine est attendue dès la fin du mois, complétant une reprise de l’activité qui voit un certain nombre d’escales de méthaniers classiques programmées dans les semaines à venir. Alors qu’Elengy espère voir le trafic des méthaniers brise-glace se développer, le terminal, qui a réalisé un trafic de 3.3 millions de tonnes en 2017, développe en parallèle son activité de hub avec de nouveaux services, en particulier dans l’avitaillement en GNL, que ce soit pour des besoins terrestres mais aussi au profit de futurs navires dotés d’une propulsion fonctionnant au gaz.  

 

Le terminal méthanier de Montoir (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Port de Nantes Saint-Nazaire Engie (ex-GDF Suez)