Divers
Morbihan : trois sénateurs à l’écoute des sauveteurs de la SNSM

Actualité

Morbihan : trois sénateurs à l’écoute des sauveteurs de la SNSM

Divers

Trois sénateurs, dont Muriel Jourda, élue du Morbihan à l’initiative de cette rencontre, sont venus écouter les représentants des bénévoles des neuf stations SNSM du département, à Locmiquélic, lundi 30 septembre. Les responsables politiques ont quatre mois pour rendre un rapport sur la situation actuelle du sauvetage en mer.

Lundi matin, la sénatrice du Morbihan, Muriel Jourda, avait invité deux de ses collègues de la commission d’information sur le sauvetage en mer à venir entendre les bénévoles des neuf stations SNSM du Morbihan. La rencontre s’est tenue dans le local du Club Nautique de Locmiquélic.

« Comprendre, pour ensuite faire des propositions »

Créée suite à la mort de trois sauveteurs des Sables d’Olonne, le 7 juin dernier, cette commission sénatoriale est composée de 20 sénateurs, représentant tous les groupes politiques. Son rapporteur, Didier Mandelli, sénateur de Vendée, était présent à Locmiquélic, au côté de Muriel Jourda et de Michel Vaspart, sénateur des Côtes d’Armor. « Début juillet, nous avons commencé notre tour du littoral par la station SNSM des Sables d’Olonne, a expliqué le rapporteur. Nous avons souhaité être sur le terrain, prendre pleinement conscience des problèmes. Notre objectif : écouter, comprendre pour ensuite faire des propositions ».

Devant le port de Sainte-Catherine, les sénateurs ont été accueillis par Nathalie Le Magueresse, maire de Locmiquélic, et l’amiral Yves Melaine, délégué départemental de la SNSM qui avait réuni autour de lui une vingtaine de représentants des neuf stations du Morbihan et du centre de formation de Lorient. Pendant plus de trois heures, les sénateurs ont écouté et échangé avec les sauveteurs. « La flotte du Morbihan, qui compte quatre vedettes de 1ère classe, quatre vedettes de 2ème classe et un canot tout temps, à Belle-Île, est plutôt en bon état, explique l’amiral, mais au niveau national, c’est une centaine de bateaux qu’il faudrait remplacer. Il manque à la SNSM entre 4 et 5 M€ par an ». Les délégués des stations ont expliqué leurs difficultés de recrutement. Chacun a présenté un état détaillé des interventions sur son secteur. L’Amiral Melaine a communiqué les chiffres globaux : « Sur environ 300 interventions annuelles dans le Morbihan, plus de 30 % concernent des avaries de moteur. 90 % de ces pannes sont dues à un manque de carburant… ».

Quatre mois pour rendre un rapport

À la sortie de la rencontre, Thierry Dimeet, président de la station du Pays de Lorient, déclarait : « Les sénateurs ont bien pris conscience que le bénévolat avait ses limites ». « Nous sommes accaparés par des tâches administratives et la recherche de dons, au détriment de nos missions premières, à savoir l’assistance, le sauvetage et la prévention ». À l’issue de leurs auditions, fin octobre, les sénateurs auront quatre mois pour rendre leur rapport.

Un article de la rédaction du Télégramme

Sauvetage et services maritimes