Défense
Mouvements et départs en perspective pour les vieilles coques de la marine

Actualité

Mouvements et départs en perspective pour les vieilles coques de la marine

Défense

 

Alors que l’ex-Jeanne d’Arc doit quitter Brest pour rejoindre Bordeaux d’ici la mi-octobre (l’appareillage vient d’être repoussé d’une ou deux semaines), d’autres vieilles coques sont sur le départ. L’ancien escorteur d’escadre Duperré pourrait, finalement, être le premier à faire ses adieux à la Bretagne. Il devrait en effet précéder de quelques jours l’ex-Jeanne et rejoindre la Belgique, où il sera démantelé par Galloo. Le groupe franco-belge a, pour mémoire, décroché en décembre 2013 le marché de déconstruction de six coques de la Marine nationale désarmées entre 1990 et 1999 : les anciens escorteurs d’escadre Duperré et La Galissonnière, les avisos-escorteurs Enseigne de Vaisseau Henry et Commandant Rivière, ainsi que les avisos Détroyat et Jean Moulin.

 

Les ex-La Galissonnière, Colbert et Duperré (© : MICHEL FLOCH)

Les ex-La Galissonnière, Colbert et Duperré (© : MICHEL FLOCH)

 

Tous sont stationnés à la pointe Bretagne, à l’exception du Commandant Rivière, en attente à Toulon et que la marine espère voir remorqué en Belgique avant la fin de l’année. Malgré son état extérieur très dégradé, l’ancien aviso-escorteur est selon les militaires tout à fait capable de subir un long remorquage vers l’Europe du nord. « Bien qu’il paraisse délabré vu de l’extérieur, sa structure est étonnamment intacte et résistante, ce qui prouve d’ailleurs que ce bateau a été bien construit et entretenu pendant sa vie active », fait-on valoir à l’état-major.

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française