Défense
Mozambique : Le Tonnerre et le Nivôse ont débarqué leur fret humanitaire

Actualité

Mozambique : Le Tonnerre et le Nivôse ont débarqué leur fret humanitaire

Défense

Engagés dans l’opération Caouanne d’assistance à la population mozambicaine victime du cyclone Idai, le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre et la frégate de surveillance Nivôse sont désormais sur place. Le gros du fret humanitaire, notamment fourni par la Croix Rouge et chargé la semaine dernière par les deux bâtiments, respectivement à Mayotte et La Réunion, a été débarqué les 30 et 31 mars dans le secteur de Beira, au centre du Mozambique. C’est cette zone qui a été plus particulièrement touchée par la catastrophe naturelle. L’objectif est de contribuer aux opérations de soutien aux populations démunies, renforcer les structures d'aide déjà existantes et apporter un renfort médical.

Alors que le Tonnerre avait quitté Mayotte le 25 mars et le Nivôse sa base réunionnaise le lendemain, les moyens français se sont concentrés sur l’acheminement de l’aide vers le district de Buzi, totalement isolé suite au passage du cyclone. Pour cela, les moyens amphibies dont dispose le PHA, qui embarque un engin de type EDAR et deux chalands de débarquement (CTM), ont été mobilisés, permettant de gagner la zone à atteindre par voie fluviale.

Pour mémoire, le Tonnerre, qui avait déjà participé en septembre 2017 aux opérations de secours aux sinistrés de Saint-Martin et Saint-Barthélemy suite au passage des ouragans Irma et José, a quitté Toulon le 25 février dans le cadre de la 10ème mission Jeanne d’Arc. Ce déploiement annuel a été initié en 2010 avec une visée de formation des jeunes officiers mais aussi de pré-positionnement de capacités opérationnelles dans des zones d’intérêt comme l’océan Indien. Un concept articulé autour d'un PHA et d'une frégate qui prouve une nouvelle fois sa pertinence : « Son pré-positionnement dans la zone a permis de profiter des capacités de ce bâtiment pour répondre à ce type de crises humanitaires (hangars dédiés aux troupes terrestres, aux véhicules de travaux et de déblaiement et au fret, hôpital embarqué). Il compte également à bord des éléments de l’armée de Terre dotés de moyens terrestres lourds et d’hélicoptères Gazelle », souligne-t-on à l’état-major de la Marine nationale.

Les infrastructures médicales du PHA, ainsi que les moyens de l’armée de Terre embarqués à bord, sont d’ailleurs eux aussi mis à contribution de Caouanne. Il y a là une section du 1er régiment étranger de génie (1er REG) avec des moyens de déblaiement, un détachement du régiment d’infanterie chars de marine (RICM) et deux hélicoptères Gazelle du 3ème régiment d’hélicoptères de combat (3ème RHC). Les 130 officiers élèves (français et étrangers), en formation à bord du Tonnerre, sont également impliqués dans l’opération d’aide humanitaire.

Quant à la frégate La Fayette, qui constitue cette année avec le Tonnerre le groupe Jeanne d’Arc, elle assure seule, pour l’instant, la mission de souveraineté des possessions françaises dans le canal du Mozambique.

A noter par ailleurs que dès le vendredi 22 mars, un avion Transall, des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj), avait effectué un premier transport aérien de matériel logistique humanitaire d’urgence (tentes entrepôts, générateurs, kits d’éclairage, outillage…) entre La Réunion et la ville de Beira. 

 

Marine nationale