Disp POPIN non abonne!
Croisières et Voyages

Actualité

MSC Cruises commande deux paquebots de 177.000 GT à Saint-Nazaire

Croisières et Voyages
Construction Navale

(Article publié le 2 février) Les troisième et quatrième paquebots de programme Vista de MSC Cruises seront plus grands et réalisés bien plus rapidement que prévu. C’est ce qu’a annoncé lundi 1er février la compagnie italo-suisse, qui a signé avec STX France la commande de ces nouvelles unités. Celles-ci faisaient l’objet d’une option au contrat de mars 2014 portant sur les deux premiers navires, le MSC Meraviglia (E34) et le F34, livrables par les chantiers nazairiens en mai 2017 et début 2019.

 

Gianluigi Aponte, fondateur de MSC et Laurent Castaing signant le contrat (© : 

Gianluigi Aponte, fondateur de MSC et Laurent Castaing signant le contrat (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

Ajout d’une section longue d’une quinzaine de mètres

Alors que le E34 et F34 mesureront 315 mètres de long pour 43 mètres de large, afficheront une jauge de 167.600 GT et disposeront de 2246 cabines, les G34 et H34 verront leur longueur portée à 331 mètres et leur jauge à 177.100 GT. Grâce à l’ajout au centre d’une section longue d’une quinzaine de mètres, le nombre de cabines sera porté à 2444, soit une capacité maximale de 6297 passagers, contre 5714 pour les E34 et F34. L’équipage passera quant à lui de 1536 à 1703 personnes. La propulsion sera similaire et comprendra deux pods, la vitesse étant légèrement inférieure pour les unités plus grandes (22.2 nœuds au lieu de 22.7).

 

Meraviglia (en haut) et Meraviglia Plus  (© : 

Meraviglia (en haut) et Meraviglia Plus  (© : STX FRANCE)

 

Nouveaux espaces publics, promenade agrandie et galerie d’art

L’allongement de ces navires, appelés « Meraviglia Plus », permettra d’étendre la grande promenade intérieure (de 96 à 111 mètres) ainsi que l’immense dôme en LED (de 80 à 95 mètres pour 6 mètres de large). Le gain de place permettra de proposer des espaces publics plus spacieux, ainsi que des boutiques et restaurants supplémentaires, dont le nouvel Aurea Spa Restaurant. Les futur G34 et H34, qui disposeront comme leurs aînés d’un vaste salon accueillant les spectacles du Cirque du Soleil, seront en plus équipés d’une grande galerie d’art, la première du genre, où seront exposées des œuvres classiques et contemporaines provenant de collections privées ou d’institutions publiques du monde entier.

 

Le futur MSC Meraviglia (© : 

Le futur MSC Meraviglia (© : STX FRANCE)

 

Une construction anticipée de deux ans

Initialement, l’option au contrat signé en avril 2014 courait jusqu’au printemps 2017 et MSC Cruises avait prévu de mettre en service les troisième et quatrième Meraviglia en 2020 et 2022. Mais la compagnie italo-suisse, qui a par ailleurs commandé aux chantiers italiens Fincantieri trois navires de la classe Seaside (323 mètres de long, 41 mètres de large, 160.000 GT et 2070 cabines) livrables en 2017, 2018 et 2021, a décidé d’anticiper et d’amplifier la partie nazairienne de son nouveau plan de développement. Finalement, les G34 et H34 seront donc plus grands et, surtout, réalisés avec un à deux ans d’avance puisqu’ils entreront en service en octobre 2019 et septembre 2020. « Nous avons trouvé une solution avec le chantier pour donner une vision industrielle plus performante à notre projet. Alors que la croisière ne cesse de croître dans le monde, nous manquons de paquebots pour répondre à la croissance du marché », explique Pierfrancesco Vago, président de MSC Cruises, dont la flotte (actuellement de 12 navires) va voir sa capacité doubler d’ici 2022.

 

Le futur MSC Meraviglia (© : 

Le futur MSC Meraviglia (© : STX FRANCE)

 

32 millions d’heures de travail

Du côté de STX France, la décision d’allonger les deux prochains Meraviglia et d’anticiper le calendrier constitue un challenge. Pour la première fois, le chantier livrera la même année (en 2019), deux paquebots géants de la même série. D’un coût de 800 millions d’euros chacun, s’ajoutant au contrat de 1.5 milliard d’euros signé pour les deux premiers navires de la série, les Meraviglia Plus vont générer chacun 8 millions d’heures de travail, soit 32 millions d’heures pour la série. Chaque navire représente en production 500 emplois chez STX France (qui emploie 2500 personnes) et 1500 chez ses coréalisateurs, auxquels il faut ajouter les études, qui ont mobilisé 500 personnes. Pour faire face au regain d’activité, le chantier poursuit d’ailleurs ses recrutements, avec 500 embauches en quatre ans d’ici la fin 2016. Actuellement, quelques 6000 salariés de STX France et de ses sous-traitants travaillent sur le site.

 

Gianluigi Aponte, Emmanuel Macron, Pierfrancesco Vago, Laurent Castaing et Edouard Philippe (© : 

Gianluigi Aponte, Emmanuel Macron, Pierfrancesco Vago, Laurent Castaing et Edouard Philippe (© : MER ET MARINE - VG)

 

Cérémonie des pièces et baptême au Havre

Les annonces de lundi sont intervenues à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des pièces du MSC Meraviglia, qui s’est déroulée en présence d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie. Une visite qui a permis au chantier et à l’armateur de remercier publiquement les services de Bercy pour leur soutien dans l’élaboration des complexes montages financiers permettant la commande des navires. « Pour réussir à l’export, il ne suffit pas d’avoir une bonne industrie et de bons produits. Il faut aussi de bons financements et qu’ils soient rapidement mis en place, ce qui est aujourd’hui le cas grâce au soutien inestimable de Bercy », a déclaré Laurent Castaing, directeur général de STX France, sachant que 7.5 milliards d’euros de garanties Coface sont à ce jour apportés au chantier.

Comme le veut la tradition, des pièces ou médailles sont historiquement soudées dans la quille des navires au début de leur construction afin de leur porter chance. Cette fois, trois pièces ont été posées, une pour MSC Cruises, une pour STX France et une pour la Ville du Havre, où se déroulera le baptême du paquebot le 1er juin 2017 et dont le maire était présent. Manifestement très heureux d’accueillir le futur évènement, Edouard Philippe a rappelé que la croisière était en plein essor au Havre et que le groupe Mediterranean Shipping Company, dont l’activité principale est le transport maritime conteneurisé, est l’un des premiers clients du port.

Contrairement à l’habitude, les pièces n’ont pas été soudées dans la coque mais installées sous une plaque commémorative dans ce qui sera une future cage d’ascenseurs vitrée. Ainsi, les futurs passagers du MSC Meraviglia pourront voir ces pièces au cours de leurs croisières.

 

Le 11ème bloc (© : 

Le 11ème bloc (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

50 blocs à assembler d’ici l’été

Avant cela, il va bien évidemment falloir terminer le bateau. 35.000 tonnes d’acier pour environ 310.000 pièces usinées, 1500 kilomètres de câble, 100 km de gaines de ventilation, 214 kilomètres de tuyauterie, 80.000 points lumineux, 4500 m² de cuisines, 2200 m² de chambres froides, 300.000 litres de peinture… les quelques chiffres communiqués lundi sont impressionnants mais sont loin de refléter la réalité de ce que représente l’édification de cette ville flottante. Après la découpe de la première tôle le 20 avril 2015, la mise sur cale du navire est intervenue fin septembre. Le 1er février, un 11ème bloc, d’un poids de 1021 tonnes, a été posé dans la forme de construction. 29 autres de 800 à 1319 tonnes (ce sera un record en Europe) restent à poser, soit 50 en tout. Le dernier sera posé fin juillet en vue d’une mise à l’eau du E34 dès le mois de septembre. Depuis les précédents paquebots de MSC Cruises, les Fantasia (333 mètres, 140.000 GT), qui étaient constitués de 88 blocs et dont le dernier exemplaire (MSC Preziosa) a été livré en 2013, STX France s’est doté d’un nouveau portique bien plus puissant, permettant de réduire le nombre de blocs et les délais d’assemblage. L’ancien portique, qui sert toujours en appoint de son successeur, devrait être finalement démonté à l’été 2017. 

 

(© : 

(© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

MSC Cruises Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)