Croisières et Voyages
MSC Cruises lance sa seconde phase de développement

Actualité

MSC Cruises lance sa seconde phase de développement

Croisières et Voyages

Avec la remise en service du paquebot MSC Armonia, le second grand programme de développement de MSC Cruises entre dans sa phase opérationnelle. Après avoir investi entre 2003 et 2013 quelques 6 milliards d’euros dans une première flotte moderne de 12 navires,  l’armateur italo-suisse a élaboré un nouveau plan de croissance pour lequel il va mobiliser 5 milliards d’euros supplémentaires. A cet effet, deux paquebots du type Vista, de 315 mètres, 168.000 GT et 2250 cabines ont été commandés au chantier STX France de Saint-Nazaire, qui les livrera en mai 2017 et avril 2019. Le groupe italien Fincantieri réalisera, parallèlement, deux paquebots du type Seaside (323 mètres, 154.000 GT, 2070 cabines), qui doivent être achevés en novembre 2017 et mai 2018. S’y ajoutent trois navires en options, soit deux à Saint-Nazaire et un en Italie, livrables s’ils sont confirmés entre 2020 et 2022. Ce que réalise depuis une douzaine d'années MSC Cruises n'est autre que le plus important plan de développement entrepris jusqu’ici par un armateur européen et l’un des plus ambitieux lancés à l’échelle mondiale.  Après une pause suite à la livraison en 2013 de son dernier navire, le MSC Preziosa, MSC Cruises, soutenu par sa maison-mère, le groupe suisse Mediterranean Shipping Company, numéro 2 mondial du transport maritime conteneurisé, a donc décidé de frapper très fort. Un essor d’autant plus remarquable qu’au début des années 2000, sa présence dans l’industrie de la croisière était pour ainsi dire anecdotique. « MSC est un armement jeune. Après plusieurs années de construction et de développement, avec des navires entièrement construits en France, l'armateur a souhaité enclencher cette seconde phase de développement. Il s’agit de se développer fortement et très vite, d'où le choix de faire appel à un autre chantier que STX puisqu'aucun constructeur au monde, y compris Saint-Nazaire, n'aurait pu absorber une telle charge », explique Erminio Eschena, directeur général de MSC Cruises pour la France.

 

Le projet Seaside (© FINCANTIERI)

Le projet Seaside (© FINCANTIERI)

 

2004 – 2022 : De 80.000 à 3.4 millions de passagers par an

 

Ainsi, alors que la compagnie est passée de 80.000 passagers par an en 2004 à près de 40.000 par jour en 2014, elle entend accueillir 3.4 millions de clients chaque année à l’horizon 2022. Une croissance qui, sans attendre l’entrée en flotte des nouvelles unités des classes Vista et Seaside, débute avec le programme Renaissance, qui vise à rénover et agrandir ses quatre premiers paquebots, livrés par Saint-Nazaire entre 2001 et 2004. Opérationnel depuis le 18 novembre après 11 semaines et 400.000 heures de travail au chantier Fincantieri de Palerme, le MSC Armonia est le premier à bénéficier de cette refonte, qui sera mise en oeuvre de janvier mars 2015 sur le MSC Sinfonia, de mai à juillet sur le MSC Opera et d'août à novembre sur le MSC Lirica. Le chantier a porté sur l’intégration d’une section de 25 mètres, portant la longueur de navire à 275 mètres et sa jauge à 65.000 GT, soit 5000 de plus qu’auparavant. Quelques 193 cabines, dont 94 dotées d’un balcon, ont été ajoutées, permettant de porter la capacité du navire de 2069 à 2679 passagers. Dans le même temps, les espaces intérieurs ont été remis à neufs, notamment les restaurants, le buffet et les bars, alors qu’un nouvel Aquapark a été installé. Il complète une offre accrue pour les enfants et adolescents, qui bénéficient de clubs par tranches d’âge (3 à 6 ans, 7 à 11 ans, 12 à 14 ans et 15 à 17 ans) et de nouvelles animations, notamment une aire de jeux élaborée avec le célèbre fabriquant danois de briques Lego. Des nouveautés qui visent, clairement, à séduire les familles.

 

Le MSC Armonia à Marseille le 20 novembre (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Le MSC Armonia à Marseille le 20 novembre (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

 

Un beau dynamisme sur le marché français

 

Second acteur de la croisière en France, MSC Cruises devrait, selon les chiffres avancés à l’occasion du salon Top Cruises, qui s’est tenu la semaine dernière à Marseille, atteindre autour de 160.000 passagers en 2014. Une nouvelle progression pour la compagnie, qui bénéficie comme l’ensemble du secteur d’un marché dynamique, porté notamment par une offre accrue et des efforts importants en matière de marketing. Qu’il s’agisse du web ou de la télé, MSC Cruises démultiplie ainsi les campagnes publicitaires et des offres avantageuses à même de séduire de nombreux clients. En matière de francophonie, la compagnie améliore ses prestations, sans pour autant envisager un produit dédié spécifiquement à sa clientèle française. « La croisière est un dépaysement. Il y a une dimension internationale sur nos navires et c'est une idée que l'on doit porter. Les équipages de nos navires sont adaptés en fonction des embarquements que nous effectuons et de la nationalité des passagers, comme cela a été le cas sur le MSC Musica cette semaine lors de son départ pour les Antilles », estimait jeudi Erminio Eschena, à l'occasion de la présentation à Marseille du MSC Armonia, marquée en fin de journée par un beau feu d'artifice.

 

Erminio Eschena (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Erminio Eschena (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Concernant les ports d’embarquement en France métropolitaine, après avoir tenté ces dernières années de développer des offres complémentaires à Marseille, notamment à La Rochelle, Cherbourg et Le Havre, MSC Cruises tend de nouveau à concentrer ses têtes de lignes dans la cité phocéenne. « Quand la croisière était encore un épiphénomène en France, la proximité du port de départ avec son lieu de vie était importante. Mais aujourd'hui, sur un marché plus mûr et grâce au prosélytisme de MSC en France, ce n'est plus un souci de devoir prendre l'avion ou le train pour rejoindre son port d'embarquement. D'autant que Marseille est bien desservi et propose des infrastructures de grande qualité ».

 

Continuer d’améliorer les services à Marseille

 

Alors que Marseille, premier port de croisière en France, va battre cette année un nouveau record avec 1.34 million de passagers, MSC est devenu un acteur majeur de cette activité dans la cité phocéenne. Avec Costa, elle exploite le Marseille Provence Cruise Terminal (MPCT) et soutient, par ce biais, le développement des infrastructures portuaires et les services aux passagers. L’un des points d’amélioration à attendre est, clairement, l’accueil des croisiéristes (en tête de ligne ou pour ceux en escale qui n'optent pas pour une excursion), contraints d’aller au bout du port pour trouver un bus. « Tout s'améliore. Il y a encore beaucoup à faire. Nous souhaitons travailler avec les acteurs locaux pour améliorer cet accueil ». La mise en place d’une navette maritime entre le MPCT et le Vieux Port, qui semblait pourtant une excellente idée, est en revanche tombée à l’eau. « C'est un service que nous avons voulu proposer mais qui finalement a été arrêté car il ne faisait pas l'unanimité. La demande n'était pas là malheureusement. Je le regrette ».

 

Le MSC Fantasia à Marseille (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le MSC Fantasia à Marseille (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une offre toujours plus vaste

 

Enfin, en matière de programmation, MSC continue d’élargir son offre, y compris sur les mini-croisières de quelque jours. « En début et fin de saison c'est une bonne chose que nous proposons et que nous pouvons développer pour toucher une clientèle qui souhaite découvrir une expérience de croisière mais peut être un peu réticente à partir une semaine entière. Nous avons des demandes d'entreprises également », note le patron de MSC France. Côté destinations, en plus de l’Europe et plus particulièrement de son fief méditerranéen, la compagnie s’est développée ces dernières années dans les Caraïbes, en Amérique latine, dans les Emirats arabes, en Afrique du sud, mais aussi vers les îles atlantiques et le Maroc. Ainsi, cet hiver, le MSC Armonia est positionné au départ de Las Palmas avec de très beaux itinéraires permettant de découvrir les Canaries, Madère et la côte marocaine. Et maintenant, MSC se lance sur le segment des grands voyages, avec en 2015 une grande croisière de 33 jours entre Dubaï et l’Australie. Un prélude à de futurs tours du monde ? « On peut tout imaginer chez MSC! Mais pour cela il faut des bateaux. Avec l'arrivée des futures nouvelles unités, tout est envisageable ».  

MSC Cruises