Disp POPIN non abonne!
Croisières et Voyages

Actualité

MSC Cruises va faire construire quatre navires de luxe chez Fincantieri

Croisières et Voyages
Construction Navale

Le projet, éventé il y a plusieurs mois déjà, a été officialisé hier. La compagnie italo-suisse MSC Cruises a conclu avec Fincantieri un protocole d’accord portant sur la construction de quatre petits paquebots de luxe. Ces navires d’environ 64.000 GT de jauge et 500 cabines doivent être livrés par les chantiers italiens en 2023, 2024, 2025 et 2026.  La commande, dont la finalisation est attendue dans les prochains mois, représente un investissement de 2 milliards d’euros.

Avec ce projet, MSC Cruises va donc entrer sur le marché du luxe. Un secteur dont on sait depuis longtemps qu’il intéresse l’armateur, auquel on avait prêté des discussions en vue de racheter la compagnie italienne Silversea Cruises. Mais celle-ci est finalement tombée cette année dans l’escarcelle du groupe américain RCCL.

Extension du concept des Yacht Clubs

MSC fait donc le choix de développer son propre concept, dans le prolongement des MSC Yacht Clubs, luxueux espaces privatifs intégrés depuis 2009 sur tous ses grands paquebots et qui rencontrent un fort succès auprès de la clientèle. L’idée est cette fois de proposer des Yacht Clubs à l’échelle de bateaux entiers, mais de beaucoup plus petite taille. Des navires offrant un service de très grande qualité, capables d’accéder à la plupart des ports et de proposer un programme de croisières différent de ceux sur lesquels les gros paquebots sont exploités. « Suite au succès de notre concept exclusif de navire dans le navire, nos hôtes nous ont demandé d’intégrer le segment de l’ultra-luxe. Il s’agit de l’évolution naturelle du MSC Yacht Club. Ces navires pourront desservir des itinéraires uniques grâce à leur petite taille, et le service clients sera encore plus exceptionnel avec notamment un service de majordome MSC Yacht Club personnalisé et disponible 24h/24 », explique Pierfrancesco Vago, président de MSC Cruises.

De gros bateaux pour ce segment de marché

Par rapport au marché actuel du luxe, les futures unités de MSC Cruises, avec leurs 64.000 GT et 1000 passagers, feront partie des plus imposantes. Une taille et une capacité liées à d’évidents compromis entre luxe, rentabilité et accessibilité des prix proposés par rapport à ceux actuellement pratiqués sur les Yachts Clubs des paquebots de la compagnie. On imagine en effet que MSC souhaite que l’écart tarifaire ne soit pas trop important.

En termes de taille, les futurs MSC dépasseront par exemple sensiblement les derniers navires de la classe Muse de Silversea (40.700 GT, 596 passagers) ou encore les Seabourn Encore et Ovation (40.350 GT, 604 passagers). Ils seront proches des bateaux de Crystal Cruises, que ce soit le Crystal Serenity (68.870 GT, 1070 passagers ramenés à 980 après une transformation en cours) sorti en 2003 de Saint-Nazaire ou les futures unités de la classe Diamond de 67.000 GT et 800 passagers attendues à partir de 2022. Par rapport à ces exemples, le ratio espace/passager sera donc moins favorable.

Le luxe est néanmoins une notion subtile, faite d’un mélange d’exclusivité, de qualité de service, de gastronomie, d’espace, de confort et de design. Pour certains, il passe aussi par la limitation du nombre d’hôtes à bord et d’aucuns diront qu’à 1000 passagers, le seuil de l’ultra-luxe est largement dépassé. A titre de comparaison, l’Europa 2 de la compagnie allemande Hapag-Lloyd Cruises, sorti des chantiers nazairiens en 2013 et considéré comme le meilleur du monde dans ce domaine, est un bateau de 39.500 GT et 516 passagers, servis par pas moins de 410 membres d’équipage.

Mais il est encore trop tôt pour pouvoir placer le nouveau concept de MSC dans le tableau des compagnies de luxe, d’autant qu’aucun visuel ni détail supplémentaire sur ces navires n’ont encore été dévoilés. MSC promet simplement que ces petits paquebots « seront dotés, entre autres, de la technologie environnementale la plus récente. Leur design sera très innovant, avec des aménagements révolutionnaires pour le confort des hôtes de la compagnie ».

Nouveau succès pour Fincantieri avec MSC et sur ce segment de marché

Ce projet constitue en tous cas un nouveau succès pour Fincantieri, qui s’est fait ces dernières années une spécialité des petits paquebots destinés au marché haut de gamme, du premium + au grand luxe (Ponant, Oceania, Viking, Seabourn, Silversea…) Et ce sera bientôt la seconde commande remportée auprès de MSC Cruises par les chantiers italiens. Ceux-ci ont déjà livré à l’armateur italo-suisse, en novembre 2017 et juin 2018, les MSC Seaside et MSC Seaview, deux navires de 154.000 GT et 2066 cabines. Une version agrandie avec deux unités supplémentaires complètera la série. Livrables en 2021 et 2023 par Fincantieri, les Seaside EVO compteront 2280 cabines et verront leur jauge atteindre 169.380 GT.

Saint-Nazaire reste le fournisseur principal de MSC

Saint-Nazaire, qui n’était semble-t-il pas positionné sur ce projet de navires de luxe, demeure néanmoins le principal fournisseur de MSC Cruises. Premier sistership du MSC Meraviglia (167.600 GT, 2246 cabines), en service depuis mai 2017, le MSC Bellissima quittera l’estuaire de la Loire en février 2019. Il sera suivi par deux navires constituant une version allongée. Le premier, le MSC Grandiosa (181.500 GT, 2408 cabines), sera livré dès octobre 2019 alors que son jumeau, le futur MSC Virtuosa, sortira à l’automne 2020. Une unité supplémentaire s’y ajoutera en mai 2023, avec la particularité d’être le premier navire de cette classe à être équipé d’une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié.

Parallèlement, les Chantiers de l’Atlantique ont lancé avec MSC Cruises un nouveau projet, celui des World Class. Il porte sur la construction de quatre géants 205.700 GT et 2632 cabines, équipés d’une propulsion fonctionnant au GNL. Les livraisons sont prévues en 2022 pour la tête de série, puis 2024, 2025 et 2026 pour les trois autres.

Une croissance impressionnante

Cela signifie que la compagnie va continuer de croître de manière impressionnante, avec généralement deux nouveaux navires chaque année et jusqu’à trois en 2023.

De quoi consolider une position de leader en Europe et poursuivre son développement dans le reste du monde.

Le cap des 200.000 passagers atteint en France cet été

Pour ce qui est de la France, on notera que MSC atteindra probablement cette année le niveau de sa concurrente Costa, qui occupait la place de leader incontesté dans Hexagone depuis plus de 20 ans. MSC a en effet franchi en juillet le cap des 200.000 passagers français accueillis depuis janvier et compte terminer l’année sur 215 à 220.000 passagers. « Nous connaissons une très belle croissance et, mécaniquement, nous devrions occuper une position de leader en France d’ici 2019 », se félicite Patrick Pourbaix, directeur général de la compagnie pour la France, la Belgique et le Luxembourg. Et ce dernier estime que le lancement de la compagnie sur le marché du luxe constitue une vraie opportunité pour le marché hexagonal : « Les Français apprécient énormément le Yacht Club et en sont même les premiers clients. Nous sommes donc convaincus que ces nouveaux navires, qui sont une prolongation naturelle de nos actuels paquebots et constitueront une offre complémentaire, seront un facteur de croissance pour le marché français ».

MSC Cruises Fincantieri