Construction Navale

Reportage

MSC Seaside : Une très belle réussite

Construction Navale
Croisières et Voyages

Avec sa silhouette des plus originales, qui tranche avec le design habituel des navires de croisière, le MSC Seaside était très attendu. Et il se révèle clairement à la hauteur des espérances. Livré le 29 novembre par le chantier Fincantieri de Monfalcone et inauguré le lendemain à Trieste, le nouveau fleuron de la compagnie italo-suisse MSC Cruises est maintenant en route pour les Etats-Unis. Sa première croisière va lui permettre de se positionner à Miami, où il sera baptisé le 21 décembre. Il y sera exploité à l’année sur le marché américain, avec des itinéraires combinables vers les Bahamas, la Jamaïque, les îles Caïmans, Porto Rico, Saint-Martin, Saint-Thomas, les îles Vierges américaines ou encore Cozumel, au Mexique.

 

Le MSC Seaside (© : FINCANTIERI)

 

Mis à l’eau en septembre à Monfalcone, son premier sistership, le MSC Seaview, entrera quant à lui en service en juin prochain et sera exploité pour sa première saison en Méditerranée occidentale, avec notamment des embarquements à Marseille. Deux navires réalisés sur la même base mais plus gros (339 mètres, 169.380 GT, 2280 cabines), les Seaside EVO, sont ensuite prévus pour sortir des chantiers italiens en 2021 et 2023.

Long de 323.3 mètres pour une largeur de 41 mètres et une hauteur de 72 mètres, le MSC Seaside présente une jauge de 153.516 GT. Il compte en tout 2066 cabines et suites, pour l’essentiel dotées d’un balcon privatif, avec des surfaces allant de 14 à 62 m². Certaines sont combinables afin d’accueillir des familles d’une dizaine de personnes, alors qu’une trentaine dispose d’une terrasse avec bain à remous. La capacité maximale du navire est de 5119 passagers, servis par 1413 membres d’équipage.

 

Cabine avec balcon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Conçu pour être exploité dans les régions ensoleillées, le MSC Seaside se distingue d’abord par son allure extérieure. Il adopte un design imaginé par les ingénieurs de Fincantieri et adapté aux besoins et standards de l’armateur. Architecturalement, ce concept voit le retour à un positionnement au centre de la coque de toute la partie machine et des échappements, qui avaient eu tendance à être déportés vers l’arrière à partir des années 60. Cette disposition a notamment permis de proposer des superstructures moins larges sur le tiers arrière et le tiers avant, afin de libérer de vastes espaces extérieurs au niveau du pont promenade. Il en résulte de larges espaces de détente en plein air, beaucoup plus proches de la mer que les ponts supérieurs. Transats, bains à remous, cabanas, chaises longues et terrasses de bars parsèment ces promenades, alors que la poupe accueille une vaste esplanade avec piscine. A l’image des hôtels américains de bord de mer du type « Beach Condo », celle-ci est surplombée par les superstructures arrondies du navire avec deux ascenseurs panoramiques offrant un panorama spectaculaire.

 

La terrasse aménagée à la poupe (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La passerelle vitrée surplombant la poupe (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Ces ascenseurs conduisent aux ponts supérieurs, avec pour commencer une passerelle au sol vitré avec, plus de 40 mètres au-dessus du niveau de la mer, une impressionnante vue plongeante depuis le pont 16 sur la terrasse aménagée à la poupe. En allant vers l’avant, on traverse d’abord le pont piscine extérieur, avec ses côtés débordant en arcs de cercles des superstructures. Cet espace comprend un grand bassin, des bains à remous, un écran géant et une scène pouvant aussi servir à des hélitreuillages en cas par exemple d’évacuation médicale.

 

Le pont piscine extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont piscine extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le pont piscine extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont piscine extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Vue depuis les ponts supérieurs (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

De longs câbles passent au-dessus, reliant l’arrière du pont piscine à la zone où se trouve la cheminée, avec à chaque extrémité de grands « cerceaux ». Il s’agit d’une tyrolienne, la plus longue en mer, qui permet sur 105 mètres de survoler le pont piscine.

Autour de la cheminée est aménagé un terrain de sport et un Aquapark avec jeux d’eau et quatre toboggans. En intérieur et extérieur, les jeunes bénéficient de nombreux espaces et des clubs enfants répartis par tranches d’âges, avec en particulier de lieux aménagés en partenariat avec Lego et Chicco.

 

L'Aquapark (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le terrain de sport (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

En progressant sur l’avant, on arrive à la piscine couverte, avec sa verrière amovible pouvant être fermée si la météo se dégrade. Un espace aménagé dans une ambiance « jungle » au pont 18 (il n’y a pas de pont 17).

 

La piscine couverte (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La partie avant des ponts supérieurs (pont 19) est réservée à la terrasse du centre de bien-être, l’Aurea Spa (dont les installations se trouvent plusieurs ponts en dessous mais qui dispose d’un accès direct par ascenseurs), ainsi qu’au MSC Yacht Club.

Le MSC Yacht Club est un complexe privatif comprenant 86 cabines et suites (dont 9 intérieures et 5 pour les personnes à mobilité réduite), avec des prestations haut de gamme, notamment un service de majordome et des accès prioritaires aux activités du bord. Situé au-dessus de la passerelle, le MSC Yacht Club comprend un magnifique espace sur deux ponts (16 et 18), aménagé derrière de grandes verrières donnant sur l’avant du navire. Il y a là un restaurant en mezzanine réservé aux passagers du complexe, et en contrebas un grand salon avec bar. Celui-ci s’ouvre sur une terrasse extérieure aménagée dans un esprit de jardin avec fauteuils et chaises longues. Le MSC Yacht Club compte également un solarium et une piscine privée agrémentée de bains à remous au niveau supérieur (pont 19), dans le prolongement comme on l’a vu de la terrasse de l’Aurea Spa.

 

Le MSC Yacht Club (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La terrasse du MSC Yacht Club vue du salon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Solarium et piscine du MSC Yacht Club (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Suite du MSC Yacht Club (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Ce centre de bien-être se trouve plus bas dans le navire, au pont 8. Aménagé sur plus de 2400 m², il comprend un salon de beauté (manucure, coiffeur Jean-Louis David, barbier, espace maquillage…), de nombreuses salles de soins et de traitement pour le corps et le visage, en solo ou en couple, ainsi que de vastes thermes. Ceux-ci sont équipés notamment d’une piscine de balnéothérapie, de saunas, hammams, d’une salle de neige et d’espaces de repos.

L’Aurea Spa est complété par une grande salle de fitness avec de nombreuses machines, une salle de yoga ou encore une salle de spinning, le personnels proposant des cours collectifs ou individuels.

 

Salle de soins de l'Aurea Spa (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Les thermes de l'Aurea Spa (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

La salle de fitness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le MSC Yacht Club comme l’Aurea Spa sont de très belles réussites, tant dans leur aménagement que leur décoration. C’est d’ailleurs une constante sur ce paquebot, qui compte plus de 40.000 m² d’espaces publics, dont 30.000 en intérieur.

Le lieu le plus spectaculaire est sans nul doute l’Atrium, qui s’étend sur quatre ponts (5 à 8) avec un immense espace central ceinturé de mezzanines, des écrans géants à tous les niveaux et un design des plus flamboyant lié à l’emploi massif de pièces métalliques et d’escaliers étincelant avec leurs marches incrustées de cristaux Swarovski. L’Atrium dispose d’une scène et accueille en soirée des spectacles, y compris des « shows aériens », avec des artistes suspendus au plafond.

 

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Sur les pourtours sont aménagés différents salons et bars, avec des parties extérieures donnant sur les promenades du pont 8. Celles-ci sont reliées là encore par des passerelles à sol vitré, passant au-dessus de l’eau et longeant les immenses baies vitrées encadrant l’atrium et lui apportant une belle lumière en journée.

Le MSC Seaside compte comme tous les paquebots de très nombreuses zones de divertissements, avec son grand théâtre pour les spectacles en soirée (comédies musicales, concerts, shows humoristiques…), son casino, un cinéma immersif multidimensionnel, des salons avec musique live chaque soir, un bar permettant de suivre les compétitions sportives, une discothèque s’ouvrant sur la terrasse de poupe, de nombreuses boutiques et bien d’autres lieux et activités à découvrir.

 

Salon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le bar des sports (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Côté restauration, le navire constitue là aussi une excellente surprise. Il dispose aux ponts 5 et 6 de deux restaurants principaux, le Seashore et l’Ipanema, pouvant respectivement accueillir 1670 et 1475 passagers. La cuisine y est internationale.

S’y ajoutent des restaurants thématiques : un steakhouse, un bistrot français, un restaurant de poissons et de fruits de mer, ainsi qu’un complexe de cuisine asiatique imaginé avec le chef Roy Yamagushi, avec restaurant à la carte proposant des créations aux saveurs asiatiques, un bar à sushi et quatre grills teppanyaki. Tous sont situés au pont 16, sauf le bistrot aménagé le long de la baie vitrée bâbord de l’atrium, au pont 8.

La restauration, en dehors du room service, comprend enfin un grand buffet au pont 16, entre les espaces piscines. Cet espace est aménagé aux standards américains, avec des stations proposant différents types de plats cuisinés, viandes, poissons, légumes, crudités, grillades, pizzas, burgers, fromages et autres desserts. L’offre gustative à bord est complétée par un bar à chocolats et un glacier.

 

 

Le Seashore Restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Dessert au Seashore Restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Plat de poisson au Seashore Restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le restaurant de fruits de mer Ocean Cay (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le Marketplace Buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Même si la découverte du navire fut courte lors de son inauguration, avec une météo à Trieste marquée par des trombes d’eau et un froid de canard ne donnant guère l’opportunité de profiter des extérieurs qui sont l’un des grands atouts de ce navire, le MSC Seaside s’est révélé comme une très belle réussite et une agréable surprise. Il restera simplement à voir comment se répartiront les passagers, en particulier sur les espaces extérieurs, lorsque le bateau sera à pleine capacité. Dans la lignée des paquebots déjà exploités par son armateur, on y retrouve en tous cas le style de MSC Cruises, avec un navire parfois un peu clinquant mais globalement très élégant, marqué par l’emploi massif de très beaux matériaux, à l’image de superbes marqueteries, marbres et autres cristaux, complétés par de nombreuses œuvres d’art. Quant au niveau de finition, de ce que l’on en a vu, il est très bon.

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Evidemment, on ne pouvait s’empêcher de comparer le MSC Seaside au MSC Meraviglia, sorti en mai dernier des chantiers de Saint-Nazaire, où la compagnie avait jusqu’ici fait construire tous ses navires. Le concept est évidemment différent, le paquebot réalisé en France étant plus traditionnel dans son architecture. Pour le reste, on retrouve de nombreuses « communalités », avec par exemple des cabines similaires et de nombreux éléments de décoration ou d’aménagement très proches. Il y a sans doute eu aussi un retour d’expérience par rapport au Meraviglia, premier d’une classe qui comprendra trois autres unités livrables en 2019 et 2020 par Saint-Nazaire. C’est peut-être le cas pour le MSC Yacht Club et l’Aurea Spa, qui sont très clairement plus réussis sur le MSC Seaside. Globalement, les invités à l’inauguration avec lesquels nous avons échangés, notamment des agents de voyages, préféraient globalement le navire construit en Italie à son cousin français, probablement séduits par la nouveauté architecturale qu’il représente. En dehors de ses espaces extérieurs toutefois, aucune innovation n’est à signaler à bord du MSC Seaside. Mais la compagnie sait de mieux en mieux s’approprier des concepts imaginés ailleurs et dispose avec ses paquebots de nouvelle génération, qu’ils soient produits en France ou en Italie, de produits désormais très aboutis.

 

Le bureau des excursions du MSC Seaside (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Il s’agit d’ailleurs d’un impératif compte tenu d’une concurrence toujours plus importante et même d’une impérieuse nécessité pour le MSC Seaside, destiné au marché américain, probablement le plus exigent au monde. On aura d’ailleurs noté à bord que le navire a été réellement customisé pour cette clientèle, tant au niveau de ses espaces que des activités proposées. Mais c’est aussi le cas en termes de service, avec un personnel très professionnel et agréable dès le lancement du navire, ainsi que de la nourriture, sur laquelle la compagnie a beaucoup travaillé dernièrement et qui s’est révélée excellente.

Au final, après le Seaside aux Etats-Unis, l’arrivée l’été prochain de son jumeau le Seaview en Méditerranée occidentale, où il s’ajoutera au Meraviglia, va très clairement permettre à MSC Cruises d’aligner une offre unique à destination de la clientèle européenne et notamment française.

 

Le MSC Seaside (© : FINCANTIERI)

MSC Cruises Fincantieri