Construction Navale
MSC : Un troisième Fantasia dans les cartons ?

Actualité

MSC : Un troisième Fantasia dans les cartons ?

Construction Navale

MSC Cruises serait actuellement indécise sur les prochains paquebots qu'elle envisage de faire construire à Saint-Nazaire. Au moment de la livraison du MSC Fantasia, en décembre, Pierfrancesco Vago, président de la compagnie italo-suisse, avait indiqué qu'il souhaitait renégocier le prix des Meraviglia et Favolosa. Ces deux navires, du type Musica (1275 cabines), c'est-à-dire plus petits que le Fantasia (1637 cabines), avaient été annoncés l'été dernier pour des livraisons en 2011 et 2012. Compte tenu de l'évolution du contexte économique et du coût des matières premières, MSC avait exprimé son souhait de voir baisser la facture proposée par STX France.
Mais, après avoir livré trois paquebots du type Musica depuis 2006, les chantiers nazairiens ont réalisé, avec le Fantasia, l'un de leurs plus beaux bateaux. Et le président de Mediterranean Shipping Company (maison mère de MSC Cruises), Gianluigi Aponte, aurait été particulièrement sensible à la qualité de finition et aux aménagements de cette nouvelle unité. Du coup, l'armateur réfléchirait à la commande d'un nouveau paquebot de ce type, qui pourrait s'ajouter au Fantasia et à son sistership, le Splendida, actuellement en achèvement pour une livraison début juillet. On ne sait en revanche pas si cette commande éventuelle viendrait compléter ou se substituer à la réalisation des Meraviglia et Favolosa.

Le MSC Fantasia (© : MSC CRUISES)
Le MSC Fantasia (© : MSC CRUISES)

Le MSC Musica (© : STX EUROPE - YVES GUILLOTIN)
Le MSC Musica (© : STX EUROPE - YVES GUILLOTIN)

Digérer les commandes passées

Connaissant un développement très rapide, MSC Cruises a déjà investi près plus de 3 milliards d'euros depuis le début des années 2000 dans la construction d'unités neuves (2 Lirica, 4 Musica et 2 Fantasia). Pour acquérir un troisième Fantasia, il lui faudrait débourser plus de 500 millions d'euros supplémentaires, sans compter les Meraviglia et Favolosa (400 millions pièce). Les ressources financières de la compagnie dépendant de la santé du transport maritime sur lequel est positionnée sa maison mère, l'impact de la crise sur le marché du conteneur est primordial dans ses décisions. De plus, MSC Cruises doit parvenir à digérer des entrées en flotte qui se succèdent rapidement. Ainsi, de décembre 2008 à mars 2010, la compagnie devra remplir plus de 4500 cabines supplémentaires chaque semaine. Alors que l'ensemble de l'industrie de la croisière connaît une certaine surcapacité compte tenu des nombreuses livraisons de navires prévues ces deux prochaines années, les choix ne seront pas évident, surtout dans l'incertitude économique ambiante.
Reste que les ex-Chantiers de l'Atlantique et leurs actionnaires, au premier rang desquels l'Etat (33.34% du capital) doivent sortir l'entreprise d'une situation difficile. Dès le mois de juillet, le dernier paquebot inscrit au carnet de commandes quittera sa forme de construction pour débuter son armement. Avant même que la cale ne soit vide, faute de travail en amont, quelques 800 salariés vont subir prochainement des mesures de chômage partiel. C'est pourquoi une « ristourne incitative » n'est pas à exclure auprès des clients de STX. MSC compte d'ailleurs certainement dessus.

MSC Cruises | Toute l'actualité de la compagnie de croisière et de ses paquebots