Défense
MuMNS : Le robot de guerre des mines du programme franco-britannique MMCM

Actualité

MuMNS : Le robot de guerre des mines du programme franco-britannique MMCM

Défense

Le développement du futur système franco-britannique de guerre des mines basé sur l’emploi de drones se poursuit. Des deux côtés de la Manche, la réalisation d’un prototype pour chaque pays est désormais en cours, le début des essais en mer étant programmé pour la fin 2018.

Ces systèmes sont développés dans le cadre du programme MMCM (Maritime Mine Counter Measures), initié en mars 2015 par la France et le Royaume-Uni, la phase de réalisation ayant été notifiée en octobre 2016 à un consortium emmené par Thales et BAE Systems.

Le concept repose sur l’emploi d’une part d’un drone sous-marin (AUV) et, d’autre part, d’un drone de surface (USV) capable de mettre en œuvre un sonar remorqué ou un robot télé-opéré (ROV). Tous deux sont conçus pour pouvoir être déployés depuis la côte ou un bateau-mère.

 

Le MuMNS sera mis en oeuvre via USV 

Le MuMNS sera mis en oeuvre via USV (© SAAB)

 

Si ECA fournira l'AUV, un engin du type A27, les ROV de la société française n'ont pas été retenus. C'est l'un des nouveaux produits du groupe suédois Saab qui été choisi pour cette partie du programme. Il s’agit du nouveau Multi-Shot Mine Neutralisation System (MuMNS), robot télé-opéré capable de localiser et identifier des mines, mais aussi, et c’est son gros avantage, il peut neutraliser plusieurs menaces lors d’une même mission. Par rapport aux traditionnels robots porteurs d’une unique charge de destruction, le MuMNS en emporte en effet trois. « Il dispose sur l’avant de trois charges. Une fois la mine localisée et identifiée grâce au sonar et aux caméras dont il dispose, le robot dépose une charge et se retire. La mine peut alors être neutralisée alors que le robot part traiter une seconde puis une troisième mine. Dans le traitement d’un champ de mines, c’est un atout important pour gagner du temps par rapport aux systèmes existants, qui sont obligés une fois leur charge déposée de revenir au bateau-mère afin d’en prendre une autre », explique Peter B. Nilsson, spécialiste de la guerre des mines chez Saab. Avantage aussi esur le plan financier, explique-t-on chez l’industriel suédois, par rapport aux ROV de type « Mine Killers », qui vont se faire exploser contre les mines. Des engins « consommables » qui ne peuvent évidemment, pour des questions de coûts, être équipés des systèmes de localisation et d’identification les plus performants, obligeant à employer un autre moyen pour ces fonctions. Or, dans les nouveaux concepts de guerre des mines basés sur l’emploi de drones depuis des USV, la place est comptée.

 

Le MuMNS identifiant une mine 

Le MuMNS identifiant une mine (© SAAB)

Le MuMNS déposant l'une de ses trois charges sur une mine

Le MuMNS déposant l'une de ses trois charges sur une mine (© SAAB)

 

C’est la raison pour laquelle Français et Britanniques ont opté pour le MuMNS, qui combine intelligemment toutes ces fonctions, avec la capacité de traiter jusqu’à trois mines en un seul déploiement.

Long de 2.1 mètres pour une largeur de 80 centimètres et une hauteur de 60 centimètres, le MuMNS pèse 300 kilos. Capable d’intervenir jusqu’à 300 mètres de profondeur et évoluer à la vitesse de 5.5 nœuds.

 

Les caractéristiques du MuMNS ​​​​​​​(

Les caractéristiques du MuMNS ​​​​​​​(© SAAB)

Le MuMNS ​​​​​​​(

Le MuMNS ​​​​​​​(© SAAB)

 

Dans le cadre de MMCM, le MuMNS sera mis en œuvre par un drone de surface fourni par la société britannique ASV. Dérivé de son modèle Halcyon, un engin de 11 mètres, cet USV pourra également déployer un sonar remorqué (T-SAS) et son antenne SAMDIS à ouverture synthétique avec système d’imagerie multi-aspect, fournis par Thales.

 

Le drone de surface Halcyon d'ASV (

Le drone de surface Halcyon d'ASV (© THALES)

Sonar remorqué TSAS (

Sonar remorqué TSAS (© THALES)

 

En termes de calendrier, après les essais qui doivent donc débuter fin 2018, à partir de Brest pour le prototype français (et à partir du nouveau site Thales de Turnchapel Wharf à Plymouth pour son homologue britannique), l’objectif est de disposer d’un système qualifié en 2019 pour une mise en service en 2021. Dans un premier temps, chaque pays mettra en œuvre ce système depuis la terre, en attendant la commande ultérieure des bateaux-mères, prévue pour la France dans le cadre de la prochaine loi de programmation militaire (2020-2025).

MMCM est pour mémoire l’un des trois volets du programme SLAM-F. Ce dernier doit permettre à la Marine nationale de renouveler ses moyens de guerre des mines au cours de la prochaine décennie. Dans le cadre de MMCM, huit systèmes de drones sont prévus pour la flotte française, ainsi que la construction de quatre bateau-mères afin de remplacer les chasseurs de mines actuels et mettre en œuvre USV et AUV. D’autre part, la commande de cinq nouveaux bâtiments bases de plongeurs démineurs (BBPD NG) est prévue, ainsi que le développement d’un nouveau système de gestion de la guerre des mines.

 

Marine nationale