Construction Navale
MV Werften : la section centrale du Global Dream rejoint Wismar

Actualité

MV Werften : la section centrale du Global Dream rejoint Wismar

Construction Navale
Croisières et Voyages

La construction en méga-sections du premier paquebot géant produit par le constructeur allemand MV Werften, filiale du groupe asiatique Genting Hong Kong, vient de connaitre une étape importante. Le 22 novembre, l’énorme section centrale du futur Global Dream a quitté le chantier MV Werften de Rostock (Warnemünde) pour rejoindre le lendemain soir celui de Wismar, situé sur l'île de Poel, après un transit d'une trentaine de milles à la vitesse moyenne de 2 noeuds.

Longue de 216 mètres pour une hauteur de 57 mètres, cette structure a été manœuvrée par six remorqueurs pour sa sortie de la forme de construction. Deux autres ont assuré le convoyage vers Wismar, où le navire va être achevé.

 

Convoyage de la section (© : MV WERFTEN)

Convoyage de la section (© : MV WERFTEN)

Vue du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Vue du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

 

Le Global Dream mesurera 342 mètres de long pour 46.4 de large, avec une jauge de 208.000 GT et plus de 2503 cabines. Sa capacité maximale est désormais annoncée par MV Werften à pas moins de 9500 passagers (ce qui est énorme), servis par 2500 membres d’équipage (836 cabines pour le personnel).

 

(© : MV WERFTEN)

(© : MV WERFTEN)

 

Il s’agit du plus gros paquebot construit jusqu’ici en Allemagne, et ce sera le plus imposant au monde après les unités de classe Oasis de l’armateur américain RCCL, dont ce navire est manifestement inspiré. Destiné au marché asiatique, sa livraison à la compagnie chinoise Dream Cruises, filiale comme MV Werften de Genting HK, est toujours prévue en 2021.  

Le Global Dream est le premier d’une série qui pourrait comprendre jusqu’à une dizaine d’unités. Son premier sistership a vu sa construction officiellement débuter le 10 septembre avec la cérémonie de découpe de la première tôle à Wismar. Sa mise sur cale est prévue dès le mois prochain en vue d’une livraison en 2022.

Ces bateaux seront de gigantesques villages de vacances flottants, avec comme leurs homologues occidentaux de multiples espaces publics, activités et animations. Mais ils auront aussi des spécificités liées à leur adaptation à la clientèle asiatique, et plus particulièrement chinoise, avec par exemple un recours massif aux technologies numériques et un système de reconnaissance faciale et de la voix des clients. Les images de synthèse publiée par l'armateur et le chantier laissent en tous cas entrevoir un projet très ambitieux qui n'a rien à envier à ce que proposent les compagnies américaines et européennes, avec des standards au moins aussi élevés que ce qui se pratique sur les derniers paquebots conçus pour le mass-market. 

 

Vue des ponts extérieurs du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Vue des ponts extérieurs du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

 

 

Vue du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Vue du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

 

 

Casino du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Casino du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

 

 

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Cabine du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Cabine du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Salon de beauté du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Salon de beauté du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

 

 

Spa du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Spa du futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

 

Pour mémoire, MV Werften est né du rachat par Genting HK, en 2015, de Nordic Yards et de ses trois chantiers situés à Wismar, Warnemünde et Stralsund. Ils ont complété le chantier allemand Lloyd Werft de Bremerhaven, qui avait été précédemment repris par le groupe asiatique. Ce dernier s’est via ces acquisitions doté d’un outil industriel destiné, d'abord, à produire les bateaux dont son activité croisière a besoin. Non seulement ceux de sa nouvelle filiale Dream Cruises (qui remplacera probablement à terme sa marque historique, Star Cruises, créée dans les années 90), mais également les nouveaux navires de la compagnie de luxe américaine Crystal Cruises, que Genting a repris en 2015. Ainsi, en août 2018, le chantier de Stralsund a lancé la construction du futur Crystal Endeavour, premier d’une série de deux unités de luxe de 19.800 GT de jauge et 200 passagers. Il doit être livré en 2020 et son sistership en 2021. Suivra ensuite une nouvelle série de paquebots de luxe, toujours pour Crystal Cruises. Il s’agit de la classe Diamond, qui porte sur des bateaux de 65.000 GT (au lieu de 100.000 initialement), dont la tête de série est prévue pour entrer en service en 2022.

 

Le futur Crystal Endeavour (© : MV WERFTEN)

Le futur Crystal Endeavour (© : MV WERFTEN)

Le projet Diamond de Crystal Cruises (© : MV WERFTEN)

Le projet Diamond de Crystal Cruises (© : MV WERFTEN)

 

Pour parvenir à concevoir et développer ces navires, Genting a massivement investi dans la modernisation et l’adaptation de l’outil industriel de ses chantiers allemands, ainsi que dans le recrutement de centaines de personnels et la constitution d’un réseau de sous-traitance local et international. Mais il s’agit là d’un défi majeur puisque MV Werften débute son activité dans la croisière avec les deux segments les plus délicats : le luxe et, surtout, les paquebots géants, qui demandent un savoir-faire très particulier et une organisation qui s’acquiert généralement au fil d’une longue expérience. D’où, sans surprise, des retards déjà enregistrés par rapport aux plannings initiaux.

 

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

Le futur Global Dream (© : MV WERFTEN)

MV Werften | Toute l'actualité du constructeur naval