Marine Marchande
MyFerryLink : 121 salariés repris, 350 indemnisés

Actualité

MyFerryLink : 121 salariés repris, 350 indemnisés

Marine Marchande

On est loin des chiffres annoncés le 31 août 2015 lors de la table ronde de sortie de crise qui a suivi la liquidation de MyFerryLink et qui a mis en place un protocole de réembauche des 467 employés licenciés. Celui-ci prévoyait la reprise de 202 personnes par DFDS, qui a repris l’exploitation des anciens Rodin et Berlioz, de 130 personnes pour l’armement du fréteur Nord-Pas-de-Calais, toujours aux mains d’Eurotunnel, 20 au siège du groupe ferroviaire et de 50 autres pour la sécurité du tunnel.

Plus de six mois plus tard, le compte n’y est pas puisque seuls 95 salariés et 26 anciens CDD de l’ex-SCOP ont été repris. Eurotunnel a intégré les 20 personnes affectées au siège. En revanche, le refus des autorités de la concurrence britannique d’exploitation du Nord-Pas-de-Calais a, de facto, annulé l’embauche des 130 personnes prévues pour l'armement du Nord-Pas-de-Calais. Pour les personnels de sécurité, Eurotunnel évoque des problèmes de formation. L’Etat vient néanmoins de valider 26 formations de maîtres-chiens.

DFDS, de son côté, a embauché 75 salariés et repris 26 CDD. Ces derniers font partie des 178 recrutements effectués dans le cadre de l'exploitation des ex-Berlioz et Rodin, devenus Côtes de Dune et Côtes des Flandres et qui ont repris leur service dans le Détroit.

Le plan va donc se solder par le versement d’une indemnité de licenciement de 15.000 euros pour chacun des 350 anciens salariés n'ayant pas retrouvé de travail.

MyFerryLink