Marine Marchande
MyFerryLink : Les offres de reprise ont été déposées

Actualité

MyFerryLink : Les offres de reprise ont été déposées

Marine Marchande

On ne connaît pas le nombre ni l’identité des candidats, mais les dossiers de reprise de l’armement MyFerryLink, ou plus précisément de sa flotte, devaient être déposés avant le lundi 11 mai auprès d’Eurotunnel. Il s’agit de la deuxième procédure de ce type. Fin avril, le premier tour s’était révélé infructueux, notamment en raison des conditions sociales des offres de reprise, jugées insuffisantes par la direction d’Eurotunnel. Celle-ci n’a pas confirmé les noms de ces premiers candidats, même si P&O, DFDS et Stena Line sont évoqués avec insistance. Le nom du groupe Mulliez, propriétaire d’Auchan, a également circulé.

La SCOP, en revanche, n’avait pas déposé de dossier lors du premier tour. Elle devait le faire pour le deuxième. Pour mémoire, la SCOP gère actuellement l’armement des trois navires de la flotte de MyFerryLink. Elle a été placée sous le régime de la sauvegarde judiciaire depuis mi-avril après que le conseil de surveillance, dominé par le syndicat maritime Nord, ait demandé l’éviction du directoire de la compagnie.

Le syndicat, et notamment son leader Didier Cappelle, entendait ainsi spectaculairement marquer son opposition aux éventuels projets de reprise de la flotte par un nouvel investisseur. Les représentants syndicaux soutiennent en effet la création d’une société d’économie mixte, impliquant les collectivités locales, pour reprendre les actifs de MyFerryLink. Une position qui n’a pas rallié l’unanimité, ni au sein de l’entreprise, ni auprès des élus locaux. Suite à ce coup de force, Jacques Gounon, président d’Eurotunnel, avait suggéré à la SCOP de présenter un dossier de reprise en bonne et dûe forme, tout en exprimant ses doutes quant à sa viabilité financière. Il avait également annoncé qu’il lui semblait inévitable qu’il y ait des conséquences sociales négatives sur les 600 emplois actuels lors d’une éventuelle reprise. 

Pour mémoire, Eurotunnel a décidé de mettre en vente la flotte de MyFerryLink, acquise en 2012, suite à une procédure ouverte par les autorités de la concurrence britannique. Le dernier acte de cette très longue bataille juridique devrait d’ailleurs être connu dans les jours à venir. Il pourrait confirmer la date du 2 juillet comme celle de la fin du contrat unissant Eurotunnel à la SCOP.

MyFerryLink