Marine Marchande

Actualité

MyFerryLink obtient le versement des 10 millions d’euros d’indemnités

Le tribunal de commerce de Paris a tranché, hier après-midi, en faveur du versement à la SCOP exploitant MyFerryLink d’un reliquat de près de 10 millions d’euros d’indemnités. Celui-ci correspond à une clause du plan de sauvegarde pour l’emploi (PSE) signé au moment de la liquidation de SeaFrance, le 23 janvier 2012. Elle prévoyait l’octroi de 25.000 euros pour chaque salarié de l'ancienne compagnie faisant le choix de rejoindre la société coopérative (SCOP), devenue MyFerryLink, et qui a depuis embauché 371 d’entre eux.

 
Cet épilogue judiciaire fait suite au refus d’exécution de la clause par le liquidateur, qui craignait que les conditions posées par le PSE (que les navires soient exploités dans les mêmes conditions que SeaFrance) ne soient pas remplies, en raison du rachat des navires par la société Eurotunnel, qui les loue à MyFerryLink. Face à ce refus, la SCOP a donc saisi le tribunal, qui a statué en référé et tranché en faveur du déblocage de la somme provisionnée par la SNCF, actionnaire unique de l’ex-SeaFrance.
 
Suite à cette décision, MyFerryLink a fait part de sa satisfaction. La société rappelle également que son activité est « encourageante, dans un contexte difficile, après 11 mois d’arrêt, avec plus de 100.000 passagers et 12.000 camions au 31 décembre 2012 ». La semaine passée a également vu une très forte hausse de l’activité, avec près de 600 camions transportés par deux des trois navires de sa flotte, le Berlioz et le Nord-Pas-de-Calais, le Rodin étant actuellement en arrêt technique.
 

My Ferry Link (ex-SeaFrance)