Marine Marchande
MyFerryLink stoppe ses rotations, le port de Calais est bloqué

Actualité

MyFerryLink stoppe ses rotations, le port de Calais est bloqué

Marine Marchande

Deux jours avant la date officielle de fin du contrat d’affrètement des Berlioz, Rodin et Nord-Pas-de-Calais, le site internet de MyFerryLink annonçait, dès hier, l’arrêt, à effet immédiat, des rotations de la compagnie. Au même moment, le Syndicat maritime Nord, majoritaire au sein de la SCOP SeaFrance, entamait des actions de blocage, annoncées comme « illimitées », du port de Calais.

Image postée hier après-midi sur le site de MFL et les réseaux sociaux 

Image postée hier après-midi sur le site de MFL et les réseaux sociaux 

 

Dans la matinée d’hier, le tribunal de commerce, dans le cadre de la procédure du redressement judiciaire de la SCOP SeaFrance, a annoncé rejeter la demande de prorogation de deux mois des contrats d’affrètement liant la coopérative à Eurotunnel, propriétaire des navires. Cette demande émanait des administrateurs judiciaires gérant le dossier de la SCOP.

Cette décision du tribunal était relativement prévisible puisque Eurotunnel avait annoncé, il y a deux semaines, la signature d’un contrat d’affrètement avec DFDS pour les Berlioz et Rodin. Le tribunal de commerce, qui n’a pas statué sur les projets de reprise de la SCOP, a demandé à Eurotunnel de produire les chartes-parties. Le groupe ferroviaire, dans un communiqué, s’est insurgé contre les différentes prises de position, notamment politiques, pouvant laisser à penser qu’il pouvait modifier ce contrat : « MyFerryLink juge irresponsable toute action ou déclaration laissant croire que la décision prise, après appel d’offres, de louer à DFDS pourrait être annulée ou modifiée ».

La jouissance des Berlioz et Rodin devrait donc passer à DFDS mercredi à minuit. On ne sait pas encore quand les navires, qu’il va falloir armer, vont pouvoir repartir. Le groupe danois a déposé une offre de reprise de la SCOP, portant notamment sur 202 emplois. Le conseil d’administration de la SCOP a lui aussi déposé un projet qui permettrait de conserver les 600 emplois actuels, sans que l’on connaisse le montage industriel lui étant adossé.

MyFerryLink