Marine Marchande
MyFerryLink : Un protocole d’accord signé

Actualité

MyFerryLink : Un protocole d’accord signé

Marine Marchande

Après deux mois de négociations, les représentants de la SCOP SeaFrance, d’Eurotunnel et de DFDS sont enfin parvenus à s’entendre, laissant espérer une sortie de crise. Après 8 heures de discussions, un protocole d’accord a été signé hier soir au ministère des Transports. Au final, 402 des 487 anciens salariés de la société coopérative, qui assurait l’exploitation des trois navires de MyFerryLink et a été liquidée le 31 juillet, doivent être repris par DFDS et Eurotunnel (soit 5 de moins que le texte proposé fin août). Selon le ministère, une « indemnité transactionnelle » sera versée aux salariés sans emploi au 1er janvier 2016, alors que le liquidateur judiciaire de la SCOP recevra les moyens financiers permettant de payer les salaires du mois d’août.

Selon les termes du protocole d’accord, les ferries Rodin et Berlioz, bloqués depuis deux mois à Calais par des marins de MyFerryLink, devraient être libérés mercredi matin. Faisant l’objet depuis début juillet d’un contrat d’affrètement entre Eurotunnel et DFDS, ils devront être remis en état avant de pouvoir débuter leur activité pour le compte de l’armateur danois. Quant au troisième navire de MFL, le Nord Pas de Calais, en attente à Dunkerque, Eurotunnel souhaite poursuivre son exploitation sur une liaison Calais-Douvres uniquement dédiée au fret et pour laquelle une partie des anciens salariés de la SCOP SeaFrance sera reprise. 

Le protocole d'accord, dont on ne connaissait pas hier soir les contours exacts, doit être présenté aujourd'hui par les leaders du Syndicat maritime Nord aux ex-employés de la société coopérative. 

MyFerryLink