Marine Marchande
MyFerryLink : une première année d’exploitation encourageante

Actualité

MyFerryLink : une première année d’exploitation encourageante

Marine Marchande
Un peu de baume au cœur pour MyFerryLink, un an après le début de son activité. Malgré les menaces de la commission de la concurrence britannique, le directeur Jean-Michel Giguet et les employés de la coopérative ouvrière, ont fêté les chiffres très encourageants de la première année d’exercice de l’armement sur la ligne Calais-Douvres. Les trois navires de MyFerryLink (les Rodin, Berlioz et Nord-Pas-de-Calais) effectuent aujourd’hui 24 traversées par jour sur le détroit.
 
 
 
Le Rodin et le Berlioz (© : TOUS AVE MYFERRYLINK - JULIEN CARPENTIER)
Le Rodin et le Berlioz (© : TOUS AVE MYFERRYLINK - JULIEN CARPENTIER)
 
 
 
Premier moteur de ce démarrage, le fret qui affiche actuellement une moyenne de 30.000 véhicules industriels par mois. « Le poids lourd de l’économie de la compagnie atteint 10% de parts de marché au cours des quatre derniers mois, rappelle Jean-Michel Copyans, Directeur fret de MyFerryLink. Cette réussite est liée au travail de prospection effectué sur le terrain auprès de transporteurs européens par les équipes commerciales. Aujourd’hui, avec plus de 1000 camions transportés par jour et une montée en puissance du trafic, nous visons 400.000 véhicules industriels sur une année complète ». Côté passagers, les chiffres sont également en progression, avec notamment 210.000 personnes au mois d’août.
 
 
 
Le Nord Pas-de-Calais (© : TOUS AVE MYFERRYLINK - JULIEN CARPENTIER)
Le Nord Pas-de-Calais (© : TOUS AVE MYFERRYLINK - JULIEN CARPENTIER)
 
 
 
« La très forte implication de l’ensemble des personnels, navigants et sédentaires, a bien entendu largement contribué à l’obtention de ces bons résultats. Et nous comptons bien fêter notre deuxième anniversaire le 20 août 2014. C’est le marché qui décide et le marché, ce sont nos clients qui reconnaissent en nous un opérateur maritime offrant une alternative crédible sur le Détroit. C’est ce qui nous rend confiants malgré la différence d’appréciation actuelle avec l’autorité britannique de la concurrence », conclut Jean-Michel Guiguet.
 
MyFerryLink