Histoire Navale
Nantes : Le carénage de l'escorteur d'escadre Maillé Brézé repoussé à janvier

Actualité

Nantes : Le carénage de l'escorteur d'escadre Maillé Brézé repoussé à janvier

Histoire Navale

L'ancien escorteur d'escadre de la Marine nationale, qui devait quitter Nantes cette semaine pour son carénage décennal à Saint-Nazaire, ne larguera finalement pas les amarres avant le mois de janvier. La forme de radoub qui devait accueillir le Maillé Brézé est, en effet, toujours occupée par l'Aspet. Ce cargo, dérouté à Saint-Nazaire cet été suite à une voie d'eau, n'a toujours pas été réparé. Véritable boulet pour le port, le navire fait l'objet d'une saisie conservatoire, l'équipage réclamant des arriérés de salaires et l'armateur refusant jusqu'ici d'entreprendre les travaux nécessaires.
Propriétaire du Maillé Brézé, transformé en musée à flot en 1988, l'association Nantes Marine Tradition a donc été contrainte de revoir ses plans et de repousser le carénage. Prévu pour durer deux semaines, celui-ci devrait finalement intervenir entre le 10 et le 15 janvier 2010. Dépourvu de propulsion, le vieux bâtiment sera remorqué jusqu'à Saint-Nazaire.
Construit par l'arsenal de Lorient (aujourd'hui DCNS), le D 627 a été mis sur cale en 1953 et lancé l'année suivante. Admis au service actif en mai 1957, le Maillé-Brézé était spécialisé dans la lutte anti-sous-marine. Long de 132 mètres pour un déplacement de 3740 tonnes en charge, il était armé de deux tourelles de 100 mm, deux canons de 20 mm, un système Malafon (planeur équipé d'une torpille), six tubes lance-torpilles et un lance-roquettes sextuple. Comme les cinq autres T47 refondus en navires ASM, ainsi que les escorteurs d'escadre Duperré et La Galissonnière, il faisait partie des premiers navires de la marine française à être équipés d'un sonar remorqué (DUBV-43). Il fut désarmé en 1988 et installé à Nantes pour être ouvert au public.

Le Maillé Brézé   (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Maillé Brézé (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)