Vie Portuaire
Nantes : le chantier de l’Esclain se développe et devient même armateur

Reportage

Nantes : le chantier de l’Esclain se développe et devient même armateur

Vie Portuaire

Situé en bord de Loire, dans le bas-Chantenay, le chantier nantais de l’Esclain fête ce mois-ci son trentième anniversaire. Une entreprise qui poursuit tranquillement et discrètement son développement, cachée derrière les maisons et ex-usines d’un ancien quartier industriel et ouvrier qui fut autrefois un haut lieu de la construction navale et des conserveries. C’est là notamment que sont nés les chantiers Dubigeon, dont une ancienne cale, aujourd’hui exploitée par l’Esclain, a notamment vu le lancement du trois-mâts Belem en 1896. D’autres parties du site ont été reconverties, comme l’ancienne salle à tracer de Dubigeon, réhabilitée pour accueillir des bureaux, alors que l’antique grue des chantiers, inactive depuis bien longtemps mais qui témoigne de ce patrimoine industriel, trône toujours au bord du fleuve.   

 

Le site à la fin des années 2000 (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le site à la fin des années 2000 (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

« Nous avons toujours eu une mixité entre des bateaux professionnels et la plaisance »

Aujourd’hui, on ne construit plus ici de navires, mais il y en a encore beaucoup dans la zone exploitée par l’Esclain, qui travaille sur la réparation, l’entretien ou le gardiennage de bateaux professionnels et de plaisance. U

Port de Nantes Saint-Nazaire