Construction Navale
Nantes : Le Navibus à hydrogène en service

Actualité

Nantes : Le Navibus à hydrogène en service

Construction Navale

Le Jules Verne 2, première navette fluviale française à propulsion hydrogène, est entrée en service à Nantes le 23 avril. Ce Navibus, qui assure sur l’Erdre une liaison entre la station Petit-Port Facultés et le quartier de Port-Boyer, est dans un premier temps opéré les après-midi, du lundi au vendredi. Une exploitation à « mi-temps » en attendant la mise en place à Port-Boyer de la station d’avitaillement définitive en hydrogène, qui sera opérationnelle à la fin de l’année. D'ici là, le bateau est en effet approvisionné par équilibrage (sans compression), ce qui correspond à un remplissage d’environ 50% de sa capacité. La future station permettra de compresser l’hydrogène et, ainsi, d’offrir une autonomie nominale au Jules Verne 2, qui pourra naviguer tous les jours avec un seul avitaillement hebdomadaire, grâce à ses piles à combustible ainsi que ses batteries (rechargées la nuit et qui offrent à elles seules une autonomie de 2h/2h30).

 

 

Le système d'avitaillement provisioire à Port-Boyer (

Le système d'avitaillement provisioire à Port-Boyer (©  PIERRE-FRANCOIS GERARD)

 

Le Jules Verne 2 va remplacer La Mouette, âgée de plus de 20 ans, avec laquelle il travaille en tandem jusqu’à la fin de l’année pour assurer un service sur la ligne toute la journée et le week-end. L’ancien passeur de l’Erdre servira ensuite de réserve.

Conçu par le bureau d’architecture Ship-ST de Nantes, et réalisé par le chantier Navalu de Bouin, en Vendée, le Jules Verne 2 mesure 10.4 mètres de long pour 3.8 mètres de large et 0.53 mètre de tirant d’eau. Doté d’une coque catamaran en aluminium, ce Navibus, accessible aux personnes à mobilité réduite, peut transporter jusqu’à 25 passagers et dispose de 10 emplacements pour des vélos. Sa vitesse commerciale est de 8 km/h.

- Voir notre article complet sur le projet Jules Verne 2

Grâce à sa propulsion, qui lui permet donc de tirer son énergie de deux piles à combustible hybridées avec des batteries électrochimiques, ce nouvel outil navigue silencieusement et, surtout, ne produit aucune émission polluante ni gaz à effet de serre. Cela constitue une avancée majeure dans le domaine environnemental pour le transport urbain.  

Très complexe, sur plan technique mais aussi règlementaire, ce projet, qui a nécessité beaucoup d’efforts et une longue mise au point, se veut précurseur parmi les solutions d’avenir qui permettront de lutter contre la pollution et le réchauffement climatique. Alors que des réflexions sont déjà en cours à Nantes pour développer d’autres bateaux fonctionnant à l’hydrogène, l’emploi de ce carburant a également vu le jour à La Rochelle, qui a inauguré en novembre dernier le bus de mer Galilée. D’autres villes s’y intéressent désormais, comme Strasbourg, où Batorama souhaite passer sa flotte à l’hydrogène. Des applications sur le maritime sont également à l'étude, l'hydrogène allant peut-être constituer dans les années qui viennent une véritable alternative aux propulsions conventionnelles, y compris pour les gros navires.  

 

Port de Nantes Saint-Nazaire