Vie Portuaire
Nantes : Les cadres du port veulent que le plan de relance soit encadré

Actualité

Nantes : Les cadres du port veulent que le plan de relance soit encadré

Vie Portuaire

Le projet de loi relatif à la relance des ports français, qui doit être discuté par les parlementaires dans les prochaines semaines, continue de susciter commentaires, inquiétudes et attentes de la part des personnels concernés. Parmi eux, les cadres du Port de Nantes Saint-Nazaire. Depuis l'annonce du plan de relance, en janvier, ces derniers ont organisé la mobilisation, d'une part « pour soutenir les principes affichés de développement de l'établissement ligérien, et d'autre part, veiller à ce que tous les engagements sociaux soient respectés ». Depuis la table ronde du 8 avril, qui prévoit le vote de la loi avant l'été, cette mobilisation s'intensifie. « Le moment est venu pour les cadres de faire connaître leur détermination à obtenir des garanties tant sur le développement économique du port que sur le volet social de la réforme », explique la CFE-CGC. Le syndicat, majoritaire au sein de l'encadrement du port autonome de Nantes Saint-Nazaire, « ne s'oppose pas à ces principes sous réserve qu'ils se concrétisent au travers de projets structurants pour le développement économique et l'emploi ». La CFE-CGC, qui rappelle que le PANSN a connu la plus forte croissance des ports autonomes depuis leur création, estime que le plan de relance doit amplifier cette dynamique. « L'ambitieux programme d'investissements promis par l'Etat doit se concrétiser aussi pour le port de Nantes Saint-Nazaire et la réforme, dans son volet social, doit se faire avec l'ensemble des femmes et des hommes qui y travaillent ». Le syndicat, qui affirme sa volonté « de défendre les intérêts de toutes les catégories de salarié(e)s », met l'accent sur « les mesures sociales qui devront impérativement être incluses dans les accords à négocier d'ici l'automne prochain ». Son objectif est « d'obtenir des garanties de pérennité d'emploi tant pour les agents concernés par le transfert des activités de manutention que pour ceux qui resteront employés dans le futur Grand Port Maritime ». Pour la CFE-CGC, « le développement économique qui justifie ce plan de relance doit impérativement se traduire par un développement social et durable de l'activité portuaire dans son ensemble ».

Port de Nantes Saint-Nazaire