Construction Navale
Nantes : Mise à l'eau d'un navire fluvial pour Laval

Actualité

Nantes : Mise à l'eau d'un navire fluvial pour Laval

Construction Navale

Un spectacle impressionnant que ce bateau de 30 mètres porté par deux grues pour être mis à l'eau. Hier après-midi, le Vallis Guidonis est sorti du chantier Alu Marine, situé en bord de Loire, à Bouguenais, près de Nantes. Financé par la communauté d'agglomération de Laval, le conseil général de la Mayenne et le conseil régional des Pays-de-la-Loire, ce bateau est destiné à naviguer sur la rivière ayant donné son nom au département. Opéré par les organismes touristiques de la région de Laval, le Vallis Guidonis proposera des croisières et dîners sur la Mayenne. Conçu sur les plans de Technic Carène pour accueillir 150 passagers, il dispose d'une cuisine permettant de fournir 120 couverts en salle. Il pourra aussi être utilisé pour des mariages ou encore des séminaires d'entreprises.

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Etudes comprises, il n'aura fallu que 9 mois pour réaliser cette unité, contre 13 à 14 mois en temps normal pour un bateau équivalent. « C'était le gros challenge de ce contrat car il fallait le livrer pour le début de la saison touristique », explique Jean-Bernard Dambrin, le commercial d'Alu Marine. Comme son nom l'indique, l'entreprise, qui emploie une trentaine de personnes, est spécialisée dans la construction de coques en aluminium. Généralement il s'agit de voiliers, comme de grands catamarans, ou de navires de servitude. Ce matériau est, en revanche, plus rare dans la croisière fluviale. « Beaucoup de bateaux fluviaux sont faits en acier. L'aluminium est toutefois plus léger et évite le problème de la corrosion, donc il y a moins d'entretien ». Doté d'une petite hélice, Le Vallis Guidonis dispose pour l'heure d'une propulsion hydraulique, dotée d'une puissance de 300 cv. Mais, à terme, le bateau a été conçu pour pouvoir embarquer un moteur électrique de propulsion. Avec 1 petit mètre de tirant d'eau et moins de 3 mètres de tirant d'air, le Vallis pourra passer sous les vieux ponts de Laval. En attendant, il a quitté hier son chantier de Bouguenais pour rejoindre le « Ponton chantier », un équipement flambant neuf installé sur l'Ile de Nantes. A l'issu d'essais techniques, il appareillera dimanche pour rejoindre son port d'attache, Laval, via Ancenis, Angers et Château-Gontier.

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)