Vie Portuaire
Nantes Saint-Nazaire : le port veut renforcer sa diversification

Actualité

Nantes Saint-Nazaire : le port veut renforcer sa diversification

Vie Portuaire

Pas de miracle, pas de surprise. Les chiffres 2013 du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire affichent un recul important. Avec une baisse de 7.5%, la place ligérienne a traité un volume de 27.7 millions de tonnes, ce qui correspond au trafic d’il y a une dizaine d’années.

Principale raison, outre la conjoncture économique, l’important recul du trafic énergétique. Les énergies fossiles ont ainsi perdu 2.2 millions de tonnes l’an passé, notamment en raison de l’arrêt technique de la raffinerie de Donges. « Historiquement, la répartition du trafic Nantes Saint-Nazaire est de 70% sur le transport d’énergie (gaz naturel liquéfié, pétrole brut, charbon) et 30% sur d’autres trafics », détaille Francis Bertolotti, président réélu du Conseil de surveillance. Ce qui rend la place portuaire particulièrement sensible aux fluctuations de ces trafics mondialisés.

 

 

Le terminal méthanier exploité par Elengy (©  GPMNSN - ANDRE BOCQUEL)

Le terminal méthanier exploité par Elengy (©  GPMNSN - ANDRE BOCQUEL)

 

 

L’effondrement du trafic GNL

 

 

A Nantes Saint-Nazaire le cas du GNL est particulièrement frappant. Il y a cinq ans, le trafic du terminal de Montoir atteignait les 5 millions de tonnes. L’an dernier, il s'est tout juste élevé à 1.2 millions de tonnes, enregistrant une baisse de 41.6% par rapport à 2012, déjà en repli de 43.3%. « Ces chiffres étaient attendus. Toutes les prévisions nous disent que cette chute va continuer jusqu’en 2017 », constate

Port de Nantes Saint-Nazaire