Vie Portuaire
Nantes Saint-Nazaire : Sortie de crise après une semaine de grève

Actualité

Nantes Saint-Nazaire : Sortie de crise après une semaine de grève

Vie Portuaire

Après une semaine de grève, le travail a repris hier sur les terminaux du port de Nantes Saint-Nazaire. Mercredi soir, après une journée de négociations, la CGT et la direction du Grand Port Maritime se sont entendus sur un "relevé de conclusions". Au coeur du conflit se trouvait le détachement des personnels et activités de manutention au secteur privé, ainsi que l'avenir de la maintenance. Selon le relevé de conclusions, « dans un premier temps, la mutualisation éventuelle des moyens humains qui concerne directement l'évolution de l'exploitation des terminaux et l'emploi des personnels pourra être abordée lors de négociations de gré à gré avec les entreprises de la place portuaire. Ou, en cas d'échec, dans une procédure d'appel à candidature. Dans ce cadre, la création d'un groupement de main d'oeuvre pourrait s'avérer pertinent. Les opérateurs seraient, en tout état de cause, responsables des équilibres économiques et de l'organisation des activités qu'ils reprendront ». La CGT, qui ne souhaitait pas que le port fasse un « chèque en blanc » aux opérateurs, a donc obtenu ceux-ci soient responsables, et non le GPM, des équilibres économiques. La possibilité d'aboutir à un groupement de main d'oeuvre est également maintenue, mais ce groupement ne pourra être créé qu'après le détachement des personnels, comme prévu par la loi portant réforme des ports autonomes.

Vote du projet stratégique prévu le 12 juin

Le syndicat et la direction ont également trouvé un terrain d'entente sur un second point, celui de la maintenance (dragues, écluses, ponts mobiles...) Il n'y aurait pas de filialisation de cette activité. Un service du GPM assurerait les missions de maintenance pour son propre compte, indique le relevé de conclusions. Ce texte, très politique, a été approuvé par les manutentionnaires, laissant apparaître un consensus.
Même s'il ne s'agit pas d'un accord, le fait que la direction et la CGT arrivent à des conclusions partagées ouvre la voie à l'adoption du projet stratégique du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire. Après une réunion du Conseil de développement le 29 mai, le Conseil de surveillance se tiendra le 12 juin, réunion au cours de laquelle le projet stratégique doit être voté.
Celui-ci ne sera toutefois que le point de départ d'un processus qui pourrait s'avérer très long. Il déterminera, en effet, de grandes orientations qu'il conviendra ensuite de mettre en application. Ainsi, pour chaque terminal concerné par le transfert, si un opérateur souhaite reprendre l'activité, il y aura d'abord une phase de négociation de gré à gré. Théoriquement, cette phase se déroule entre la direction du port et l'opérateur, mais on imagine mal les partenaires sociaux en être exclus. Au cas où la négociation n'aboutirait pas, le port devra lancer un appel d'offres. Et, si ce dernier est infructueux, la loi prévoit que le port puisse créer une filiale pour une durée maximale de cinq ans.

Port de Nantes Saint-Nazaire