Vie Portuaire
ABONNÉS

Actualité

Nantes : Un projet de conversion d’une drague en hôtel flottant

Vie Portuaire

En plus de l’ancien bac Saint-Hermeland, le cabinet de design Flahaut-Chenet travaille actuellement sur la conversion d’un autre bateau désarmé à Nantes. Il s’agit de la drague italienne Venezia Seconda. Amarré depuis mai 2017 au terminal de Cheviré, ce navire de 55 mètres de long pour 9.8 mètres de large, construit en 1975, appartient au groupe français de travaux publics Merceron. Ce dernier n’a plus d’usage opérationnel pour la vieille drague, dont il souhaite se séparer ou participer à un projet de transformation. Il a ce titre été séduit par l’idée de Flahaut-Chenet, qui a travaillé sur un projet original de conversion du Venezia Seconda. « L’idée est de transformer le navire en hôtel flottant itinérant. Il ne serait pas naviguant, sa motorisation étant débarquée, mais serait remorqué, ce qui est moins coûteux en exploitation, en fonction des besoins de port en port. Il y a en effet de nombreuses demandes de capacités hôtelières dans des villes portuaires, en particulier quand il y a de grands évènements. Ce navire présente en plus l’avantage d’être assez petit et donc de pouvoir accéder à un très grand nombre de ports », explique Pierre-Edouard Chenet.

 

Projet de conversion du Venezia Seconda (© : FLAHAUT-CHENET DESIGN) 

 

Le bateau, qui pourrait aussi être commercialisé pour des réceptions privées (fêtes, mariages) ou encore des séminaires d’entreprises, disposerait d’une vingtaine de chambres. La plupart de celles-ci seraient installées dans une nouvelle structure modulaire intégrée sur le pont. « On ne veut pas dénaturer l’aspect maritime du bateau, qui ressemblerait en fait à un porte-conteneurs ». Les compartiments machines seraient quant à eux vidés et l’espace transformé en grande salle pour des séminaires, la passerelle deviendrait un bar et le pont en dessous un grand salon, avec une cuisine adjacente et un accès direct à la partie arrière de la superstructure, transformée en terrasse tout comme une partie du pont principal. Sous celui-ci, à l’avant, Flahaut-Chenet prévoit un grand local technique et de stockage de 65 m², où l’on trouverait notamment de nouveaux générateurs pour la production électrique du bord. Sous le navire, la partie inférieure de la coque, qui s’ouvrait pour claper les sédiments dragués, serait quant à elle condamnée, les trois grandes cales n’étant pas réutilisées.

Les porteurs du projet cherchent actuellement des investisseurs, le coût de la conversion étant évalué à maximum de 3 millions d’euros s’il comprend en plus des travaux le rachat du bateau.  

 

Projet de conversion du Venezia Seconda (© : FLAHAUT-CHENET DESIGN) 

Port de Nantes Saint-Nazaire