Marine Marchande
Napoléon Bonaparte : Un amarrage qui n'a pas résisté au Mistral

Actualité

Napoléon Bonaparte : Un amarrage qui n'a pas résisté au Mistral

Marine Marchande

Le rapport du BEAmer (Bureau Enquêtes Accidents de mer) sur le semi-naufrage du ferry Napoléon Bonaparte dans le port de Marseille, au cours de la nuit du 27 au 28 octobre 2012, vient d’être publié. Comme à son habitude, le rapport reprend chronologiquement tous les évènements ayant mené le navire à rompre ses amarres, puis à s’échouer sur le quai en face de son poste d’amarrage, alors qu’une violente tempête s’abattait sur Marseille. Pour déterminer les facteurs physiques ayant conduit à l’incident, les enquêteurs se sont également appuyés sur l’expertise des enseignants de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime et sur des modélisations effectuées à partir du simulateur de manœuvre du site marseillais de l'ENSM. L’ensemble de ces études a amené les enquêteurs à conclure que l’accident a comme cause principale les écarts de tension entre les différentes amarres. Celles-ci, soumises à un régime de vent et de rafales particulièrement contraignants, ont cédé les unes après les autres, entraînant la dérive du navire que le remorqueur portuaire mobilisé n’a pu maîtriser seul. L’envahissement d’eau consécutif au choc de la coque contre le quai a été un facteur aggravant dans l’accident. En revanche, le facteur humain n’a pas eu d’incidence significative sur le déroulé des évènements.

 

 

En hivernage sur la digue du large

 

 

Samedi 27 octobre, le Napoléon Bonaparte, ferry de 172 mètres de long, sorti des chantiers de Saint-Nazaire en 1995, est accosté au poste 116 de la digue du large. Utilisé par la SNCM comme renfort lors de la saison estivale, le navire est habituellement désarmé l’hiver. Son hivernage a commencé quelques semaines plus tôt, le 1er octobre. D’ordinaire, son armateur préfère le placer dans la forme 10, plus abritée et avec une orientation plus accostante en cas de coup de mistral. Mais cette année, la forme 10 est déjà occupée. Le Napoléon Bonaparte est solidement amarré : neuf amarres à l’avant capelées sur 4 bollards, neuf amarres à l’arrière sur 2 bollards. L’ancre et la chaîne tribord sont mouillées sur un maillon et demi. « Etant donné la configuration des plages avant et arrière, c’est le mieux que l’on puisse faire », note le commandant dans le journal de bord du 1er octobre.  Le 16 octobre, l’amarrage est repris suite à un gros coup de vent.

 

 

Des rafales à 65 noeuds

 

 

Dans la soirée du 27, le port de Marseille s’attend à un gros coup de Mistral : les fichiers météo annoncent une force 7 à 9 avec des rafales à 65 nœuds. Le Napoléon Bonapa

Corsica Linea | Toute l'actualité de la compagnie de ferries