Divers
Narco-trafic: 3 tonnes de cocaïne saisies au large de la Guyane

Actualité

Narco-trafic: 3 tonnes de cocaïne saisies au large de la Guyane

Divers

Le lundi 15 août, un bâtiment de la Marine Nationale a pris en flagrant délit de trafic de cocaïne le Don Mathilde, un navire de pêche battant pavillon vénézuelien. L'interception a été réalisée dans les eaux internationales, au large de la Guayane. A l'origine, le chalutier avait été classifié aux services français comme suspect, suite aux observations d'un avion de surveillance maritime des Coast Guards américains. A l'approche du bâtiment français, le navire de pêche a largué en mer 150 ballots de cocaïne d'environ 20 kg chacun, puis a tenté de s'enfuir. Après avoir récupéré les colis contenant la drogue, le bâtiment militaire français rattrapait le fuyard dans la nuit du 15 au 16. Dans le même temps, le gouvernement vénézuélien transmettait au préfet de Guyane, responsable de l'action de l'Etat en mer dans cette zone, par la voie diplomatique l'autorisation de rechercher tous éléments de preuve relatifs à ce trafic. A l'aube, l'équipe d'investigation de la marine française, renforcée par des gendarmes maritimes et des douaniers montait à bord.

Coopération franco-américaine

Cette intervention est le fruit de l'étroite coopération que mènent les services américains et français dans la surveillance des trafics illicites dans les approches Atlantiques de l'arc antillais. La planification de l'opération a été menée par l'état-major interarmées de Guyane et conduite par le commandant de zone maritime chargé de coordonner et d'optimiser l'emploi et les compétences des différents services de l'Etat qui agissent en mer. Elle a entraîné le déploiement de moyens des forces armées françaises (bâtiment de surface, avion de patrouille maritime, gendarmerie maritime) et des agents des douanes stationnés dans le département.
Conformément aux accords internationaux signés par la France et le Vénézuéla, et à la demande du Vénézuela de conserver sa juridiction sur le navire, sa cargaison et ses membres d'équipage, le navire, les neuf marins et la contrebande, ont été remis en mer le 19 août aux gardes-côtes vénézuéliens à proximité de Trinidad.
Depuis le début de l'année 2005, cette prise est la plus importante effectuée par les moyens maritimes français dans la zone Antilles Guyane.