Divers
Nautile : Un sous-marin pour retrouver les boites noires de l'A330

Actualité

Nautile : Un sous-marin pour retrouver les boites noires de l'A330

Divers

Gros plan sur le Nautile, l'un des moyens engagés dans le cadre des recherches sur la disparition de l'Airbus A330 d'Air France. Mis en service en 1984, ce sous-marin habité de l'Ifremer est embarqué sur le bâtiment océanographique Pourquoi Pas ?, actuellement en route pour la zone présumée de l'accident. Capable d'intervenir jusqu'à 6000 mètres de profondeur, le Nautile mesure 8 mètres de long pour une largeur de 2.7 mètres et une hauteur de 3.8 mètres. Cet engin de 19.5 tonnes embarque un équipage de 3 personnes et peut atteindre 7.5 kilomètres à la vitesse de 1.5 noeud. Les plongées, limitées dans la durée, peuvent atteindre une dizaine d'heures (5 heures à 6000 mètres de profondeur). Le Nautile dispose de nombreux équipements lui permettant de réaliser ses missions d'observation et d'intervention par grands fonds. Il embarque plusieurs sondeurs, un sonar panoramique, 7 projecteurs, 4 caméras pour des photos et vidéos, ainsi que deux bras dotés de pinces. Trois hublots permettent à l'équipage de suivre les interventions.
Depuis sa mise en service en 1984, le sous-marin a effectué près de 1500 plongées à partir des navires océanographiques Nadir et Atalante. C'est, en revanche, la première fois qu'il est mis en oeuvre sur le Pourquoi Pas ?
Dans ce même article, ce matin, nous avions diffusé une belle série de clichés du Nautile. Malheureusement, à la demande de l'Ifremer, nous avons été contraints de dépublier ces images, bien que n'étant pas à caractère sensible.

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine